Totalitarisme islamique : de l’Irak à la France ? par Guillaume Faye

15 % des Français soutiendraient l’action djihadiste au Moyen-Orient – par Gabriel Robin [MàJ]

20/08/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Selon un sondage commenté par Russia Today et conduit par ICM Research pour l’agence de presse russe Rossiya Segodnya (et relayé en France en premier par Fdesouche, note de Novopress), jusqu’à 15 % des Français soutiennent l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Cela signifie très concrètement que 150 personnes sur 1.000 en France approuvent ou excusent les fosses communes pour les Yézidis, les ventes de femmes chrétiennes comme esclaves au souk de Mossoul ou bien l’application de la charia. Vous avez bien lu, vous ne rêvez pas.

Ce soutien français est le plus élevé parmi tous les pays interrogés dans le cadre du sondage, les Anglais étant 7 % à approuver les actions de l’État islamique et les Allemands seulement 2 %. Plus préoccupant encore : le soutien massif des 18-24 ans et des 25-34 ans, respectivement 27 et 22 % de supporters de l’EIIL parmi ces catégories d’âge. Des chiffres qui font froid dans le dos, surtout lorsqu’on les compare à ceux très inférieurs observés en Allemagne et en Grande-Bretagne. La jeunesse française est donc, pour une large part, extrêmement radicalisée.

Le directeur du Centre d’études françaises de l’académie russe des sciences, Yuri Rubinsky, estime que « ce sondage n’est pas le résultat de la sympathie d’un nombre important de Français pour cette organisation terroriste. C’est simplement la manifestation d’un immense rejet du système existant dans son ensemble. Il s’agit d’une forme de rejet des élites, une forme de protestation » (traduit de l’anglais). Yuri Rubinsky n’a pas tout à fait tort : les classes politiques, médiatiques ou d’affaires subissent un désaveu de plus en plus prononcé des Français, probablement plus qu’ailleurs en Europe ou dans le monde occidental. Cela ne suffit pourtant pas à expliquer le soutien de tous ces Français, surtout jeunes, à de tels monstres.

Deux explications conjointes peuvent être avancées pour commenter ce sondage très préoccupant (peu de chances, d’ailleurs, de le voir diffusé ailleurs que sur Internet ; espérons qu’Éric Zemmour en prenne connaissance pour en informer l’ensemble des Français).

D’abord, ces résultats montrent l’échec de notre pays à transmettre des valeurs supérieures à sa jeunesse, toutes origines confondues. L’Éducation nationale est en panne, la transcendance fait défaut et, par effet boule de neige, une partie de la population se retrouve spirituellement désœuvrée et potentiellement attirée par des mouvements sectaires et nihilistes comme l’EIIL. Une lecture du monde manichéenne et binaire parfois portée par la « dissidence » n’aide pas non plus.

Ensuite, il y a une plus forte proportion de personnes d’origine afro-maghrébine parmi les classes d’âge les plus jeunes, et donc de musulmans. Ces jeunes légalement français, parfois nés de parents déjà eux-mêmes de nationalité française, ne sont pas assimilés et se sentent apatrides, d’où leur attirance pour une radicalité en guerre contre « l’Occident ». Comment les assimiler à la nation ? Le voudront-ils ou le pourront-ils ? Rien n’est moins sûr…

Gabriel Robin

Crédit photo : DR


Communiqué du Bloc identitaire :
27% de jeunes “Français” favorables à l’État Islamique : peut-on vraiment vivre ensemble ?
L’agence de presse russophone Rossiya Segodnya a révélé en début de semaine un sondage réalisé par le très sérieux institut britannique ICMresearch concernant le soutien à l’État Islamique (ex-EEIL, le groupe ayant établi le Califat en Irak) dans différents pays européens.

Les résultats obtenus en France sont édifiants et particulièrement inquiétants. En effet 15% de l’ensemble des “Français” interrogés affirment être très favorables ou assez favorables à l’État Islamique, un score grimpant à 27% chez les 18-24 ans ! Un soutien bien plus important que dans tous les autres pays européens.

Il est évident que ces résultats témoignent surtout d’un immense soutien parmi la population musulmane résidant en France. Si l’on peut s’imaginer que certains n’ont pas tout à fait compris de quoi il s’agissait et ont répondu sur le seul énoncé du nom, si ce n’est directement l’organisation djihadiste ils ont en tout cas plébiscité un “état islamique”. Cela en dit déjà suffisamment long.

Ce sondage reflète crûment le rejet par un nombre important (et croissant) des musulmans “français” de notre identité et de nos institutions, garantes du vivre-ensemble. Puisqu’ils soutiennent un “état islamique” (et même pour certains le djihadisme), il faudra bien que nous envisagions ensemble leur retour dans un pays correspondant davantage à leurs aspirations profondes. La remigration, pour le bien de tous.