Allemagne : Les distributions de corans, nouveau fléau des centres-villes

Allemagne : Les distributions de corans, nouveau fléau des centres-villes

19/08/2014 – STUTTGART (NOVOpress) – Rainer Bartle, le patron de la librairie Wittwer – la plus grande librairie de Stuttgart, sur la Königstraße –, n’en peut plus. Depuis des mois, les salafistes de la fondation « Lis » (Lies-Stiftung) ont installé leur stand juste contre sa porte. Et ils vont jusqu’à distribuer le Coran à l’intérieur de sa librairie. Les clients sont indignés et s’en prennent au libraire, qui n’en peut mais. Il reçoit des lettres de plaintes : « Est-ce que Wittwer s’est associé aux salafistes ? »

Wittwer n’est pas la seule victime. Bettina Fuchs, qui dirige l’association des commerçants du centre-ville, City-Initiative Stuttgart (CIS), dit avoir reçu de nombreuses plaintes de ses adhérents, y compris de grands magasins. « Toutes les plaintes ont le même contenu. Ce qui gêne tout le monde, c’est que les clients soient abordés juste devant un magasin. “Beaucoup de gens répugnent désormais à aller en ville pour cette raison”, dit Bettina Fuchs ».

Interpellée par les commerçants, la municipalité dit ne pouvoir rien faire. Selon elle, « on ne peut interdire des stands d’information que si les organisations sont interdites ou si elles poursuivent des buts commerciaux », ce qui n’est pas le cas des salafistes.

D’après les photos publiées par la fondation « Lis » sur son site et sur sa page facebook, ces distributions de rue ont lieu dans toutes les villes d’Allemagne et aussi, désormais, en Autriche et en Croatie.

Quant aux résultats, les salafistes ont réalisé une vidéo (ci-dessous) de propagande sous le titre « L’Europe se convertit en masse à l’Islam ». On y voit des convertis, généralement européens (plus ou moins) de souche, ânonner la chahada, la profession de foi islamique (« J’atteste qu’il n’y a de Dieu qu’Allah et j’atteste que Mohammed est son messager »). Au milieu (à 3’10), des porte-parole de la fondation expliquent avoir converti « officiellement trois mille personnes » depuis le lancement de l’opération, il y a deux ans.

Crédit photo : DR.