[Lu sur Internet] La cause des chrétiens d’Orient mérite l’union des Français ! - par Charlotte d'Ornellas

[Lu sur Internet] La cause des chrétiens d’Orient mérite l’union des Français ! – par Charlotte d’Ornellas

29/07/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Pendant qu’en Irak les chrétiens sont chassés de leur terre et menacés de disparition par les djihadistes de l’État islamique, en France on fait la fine bouche…

Le collectif de « gens bien » qui a organisé la manifestation de dimanche sur le parvis de Notre-Dame s’était publiquement dissocié du rassemblement prévu samedi après-midi au Trocadéro (photo ci-dessus), craignant qu’il soit l’initiative de mouvements « proches de l’extrême droite ».

Le motif ? « Il ne faut demander rien d’autre que la paix en Irak. Des messages de haine et de violence auraient des répercussions graves sur place, ça s’est vérifié dans le passé. » Intéressante, cette manière de prendre « l’extrême droite » pour un ramassis d’imbéciles incapables de comprendre que ces chrétiens aspirent d’abord à la paix. Et pourtant, les chrétiens irakiens, eux, étaient nombreux samedi comme dimanche, et les prières entrecoupées de leurs chants sur le parvis du Trocadéro n’avaient vraiment rien d’un appel au massacre…

(…)

Et puis allons plus loin. Non à la récupération politique ? Très bien. Samedi, seuls les drapeaux français, assyriens et irakiens flottaient au Trocadéro, et le micro se passait de bouche en bouche pour entonner chants ou prières.

C’est dimanche que nous avons vu défiler au micro NKM, Rachida Dati et compagnie et, le pompon, le représentant de la gauche, l’adjoint au maire de Paris Patrick Klugman, accessoirement avocat des Femen qui, tout le monde le sait, respectent beaucoup les chrétiens… Il fallait évidemment que la gauche, qui ne cesse d’afficher un antichristianisme primaire, choisisse cet homme… qui n’a eu que ce qu’il méritait : les sifflets des manifestants et une remise en place par quelques Irakiens chaldéens peu dupes de la manœuvre.

Faudrait-il rappeler enfin que le Front national, c’est aussi l’association SOS Enfants d’Irak créée en 1995 pour venir en aide « aux pauvres enfants d’Irak menacés sous les bombes et la dictature » et la critique de la politique américaine au Moyen-Orient pendant que l’UMP, puis après elle le PS, s’engageaient dans la voie de celle-ci (au-delà de l’Irak même), pourtant première responsable du chaos qui règne dans la région ?

Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : DR