Les Cristeros de Mossoul (Présent n° 8152)

Les Cristeros de Mossoul (Présent n° 8152)

24/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve (PS) a fait très fort dans le sectarisme républicain de gauche dont les gens de sa famille politique sont coutumiers. Le ministre français, dans un tweet (rapidement retiré) a manifesté sa « solidarité pour les enfants de Gaza, les Chiites de Mossoul et les jeunes Syriens ». Oubliant ou balayant au passage les chrétiens d’Irak. En réponse, l’écrivain Christian Combaz s’est fendu d’une excellente lettre ouverte dans laquelle il le sèche sur place, en beauté.

Le tweet de Bernard Cazeneuve

Le tweet de Bernard Cazeneuve

Lisez-la en entier sur le site Figarovox, elle vaut le coup de clic : « Visiblement quand on est Républicain à votre manière on n’honore que le malheur musulman, servilement, au moment où des milliers de Chrétiens fuient la ville de Mossoul après avoir été placés devant le choix de l’abjuration ou de l’exil ».

Une du n° 8152 de "Présent"

Une du n° 8152 de “Présent”

Cette façon de penser et cette indignation sélective sont tout à fait représentatives de la classe politique française au pouvoir. La purification religieuse planifiée par l’Etat islamique est en marche, les chrétiens de Mossoul sont écrasés, persécutés, spoliés, réprimés dans une quasi-indifférence générale qui rappelle l’indifférence internationale qui a entouré le massacre des Cristeros, au Mexique, dans les années 20. A Mossoul, le bilan est effroyable pour les églises de l’occupation islamiste (les 30 églises ou couvents chrétiens sont tous sous la coupe de l’État Islamique, toutes les croix ont été arrachées sur tous les lieux de culte chrétien, beaucoup de ces lieux de culte ont été brûlés ou détruits après avoir été pillés).

En ordre dispersé

Il se trouve des dizaines de milliers de Palestiniens en France, soutenus et encadrés politiquement et syndicalement (et comment !) pour descendre dans nos rues, tous drapeaux et banderoles déployés (dont la bannière de l’Etat Islamique en Irak et au Levant, qui persécute précisément les chrétiens d’Irak). Mais nous n’avons que sept malheureux députés et à peine 60 justes (60 !) pour protester contre le sort des chrétiens de Mossoul : Hervé Mariton, Xavier Breton, Dominique Tian, Alain Leboeuf, Yannick Favenec, Meyer Habib et Yann Galut. Ces parlementaires ont tous participé mardi à un rassemblement place du Palais-Bourbon pour marquer leur soutien aux chrétiens d’Irak. Un petit “flash mob” silencieux, mobilisation spontanée organisée par un groupe d’amis et relayée sur Facebook et Twitter. Ainsi qu’une pétition. Les initiatives fleurissent ces jours-ci, entre une journée de prières et jeûne vendredi, des manifestations à Paris et Lyon samedi, ainsi que les prières universelles prévues pour les célébrations de dimanche (le président de la Conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, a incité les fidèles catholiques à prier et à soutenir matériellement les chrétiens de cette région du monde).

Ces interventions sont malheureusement éparpillées et s’en trouvent appauvries. De l’euro-député Front national Edouard Ferrand : « Notre diplomatie, nos moyens stratégiques doivent être conditionnés par le soutien à la survie, à la sécurité des Chrétiens d’Orient, La France des rois, de Saint Louis à François Ier, en avait fait sa vocation première dans sa grande politique au Levant » à la député UMP Valérie Boyer qui dans une très belle intervention a demandé à l’Assemblée « que la France ne soit pas complice de ces crimes » qu’elle a précisément décrits et condamnés. En passant par le député UMP Axel Poniatowski, vice-président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée, qui réclame la création d’un « pont aérien humanitaire » pour les chrétiens d’Irak et veut « éviter un massacre annoncé ».

L’évêque qui a choisi les musulmans

Et que devient Boutin, au fait ? On ne l’entend pas aussi fort que quand il s’agit de dire que l’on ne voit plus de catholiques au Front national. Elle bronze aux Maldives ?

Nous avons gardé le meilleur pour la fin. Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry et président du Conseil pour les relations interreligieuses, s’est fendu d’un beau message à ses « chers frères et soeurs musulmans » à l’occasion de la fin du ramadan, dans lequel il leur déclare que les premières victimes ce sont toujours eux : « Le chômage des jeunes, les difficultés économiques de la France, les tragiques événements du monde, et, notamment, ceux du Nigéria, de Centrafrique, de Syrie, d’Irak, et peut-être encore plus ceux de Gaza troublent profondément tous les citoyens de notre pays. Beaucoup de ces drames vous touchent plus profondément que les autres citoyens français, parce que ces tragédies impliquent souvent des musulmans et que les personnes exclues, blessées, assassinées, déplacées, exilées sont majoritairement des musulmans ».

Pile au moment des événements de Mossoul. Pire que Cazeneuve. Et c’est un évêque ! Lui au moins, il a choisi son camp. Et pas par lâcheté du tout…

Caroline Parmentier

Photo Une : un groupe de Cristeros. Crédit : Museo Nacional Cristero via Wikipédia (cc)


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !