Pour François Hollande, avoir le FN au second tour de la présidentielle n’est « pas un risque », mais « une réalité »