« Everything Is Awesome », après YouTube, Vimeo censure Greenpeace

12/07/2014 – via NUMERAMA YouTube puis Vimeo (pourtant réputée plus tolérante) ont supprimé une vidéo de Greenpeace, mise en ligne par l’association pour dénoncer les activités de Shell en Arctique, et pour inciter LEGO à ne plus travailler avec le pétrolier américain.

L’effet Streisand était-il recherché ? A priori non, puisque Greenpeace fait remarquer qu’il existait déjà plus de 700 vidéos reprenant le même thème, sans qu’elles soient censurées par YouTube. Mais comme il y a un an lorsque Greenpeace avait hacké un Grand Prix de Formule 1 pour faire entendre son opposition à la politique d’exploitation de gisements pétroliers en Arctique par la compagnie Shell, YouTube a censuré une nouvelle vidéo militante de l’association écologiste. Ce qui lui assure une visibilité plus forte encore.

Cette fois-ci, Greepeace détournait avec beaucoup de poésie et avec une cruauté assumée la chanson “Everything Is Awesome” du film La Grande Aventure Lego. La vidéo montre un monde de LEGO merveilleux, où “tout est formidable”, qui se retrouve progressivement noyé sous une nappe de pétrole. L’association veut non seulement dénoncer Shell, mais aussi les liens commerciaux entre Shell et le fabricant de jouets LEGO.

La vidéo “semble avoir touché une corde sensible chez certains gros bonnets de l’industrie, mais cette tentative crue de réduire au silence la critique ne fonctionnera pas”, assure Ian Duff, le responsable des campagnes de Greenpeace pour la protection de l’Arctique. Il dit avoir l’intention de contester la suppression de la vidéo par YouTube, en demandant à bénéficier du droit à la parodie et à la satire. “Nous demandons à tous nos soutiens d’uploader la vidéo partout où ils le peuvent”, ajoute-t-il.

Comme l’an dernier, Greenpeace a remis sa vidéo en ligne chez Vimeo, qui pourrait toutefois ne plus être un allié solide très longtemps (note de Novopress : bien vu, puisque la vidéo a été supprimée le jour même de la mise en ligne de cet article par Numerama). Il faut désormais aller sur la plateforme russe RuTube pour visionner la vidéo.

Publié le