Jacques Terpant : "Dans l'avancée du monde la principale perte est celle de la beauté" 2/3

Jacques Terpant : “Dans l’avancée du monde la principale perte est celle de la beauté” 2/3

11/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Né en 1957, Jacques Terpant est un enfant du Dauphiné, même si c’est dans le Forez, plus précisément à Saint-Etienne qu’il suivra les cours de l’Ecole des Beaux-Arts. Débutant sa carrière au sein de l’équipe de Métal hurlant, il vivra de ses illustrations pour la publicité ou la grande presse avant de se faire connaître par ses séries de bande dessinée : Messara, Pirates et plus récemment Sept Cavaliers. Avec cette dernière, il entre dans l’oeuvre du grand romancier des causes perdues Jean Raspail (photo). Magnifique travail d’interprétation qu’il poursuit avec dernièrement Les Royaumes de Borée.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Votre dessin se porte lui aussi vers la haute tenue de vos personnages, votre dessin pourrait lui-même être qualifié d’aristocratique : dans vos sagas historiques comme dans vos planches érotiques. Quel regard portez-vous sur la bande dessinée “mainstream”, qui délaisse la qualité esthétique et la beauté du récit pour des considérations humoristiques, plus immédiatement commercialisables ?

Je vous laisse la responsabilité du mot aristocratique pour qualifier mes dessins, disons que j’ai une recherche de la beauté, d’un certain équilibre des choses. Cela dépasse le dessin d’ailleurs, un paysage que l’on dégrade me gêne beaucoup, une belle maison que l’on abime… Je crois que dans l’avancée du monde la principale perte est celle de la beauté. On n’imagine pas ce que nos ancêtres, il y a deux siècles voyaient, l’harmonie du monde, du paysage, rien qui ne le dénaturait. Ceci n’a pas de prix dans l’équilibre d’une vie.

Cela explique le goût actuel, pour le patrimoine, les villages restaurés et préservés. On entrevoit cela aussi en quelques endroits parmi les plus reculés de la terre, un village primitif construit avec les matériaux de la nature, une population qui ne s’habille pas encore avec les rebuts de l’Occident. C’est sans doute cette beauté perdue que Jean Raspail cherchait en courant le monde et les peuples disparus, c’est cela que je cherche en dessin. Le dessin est l’expression de soi, sans masque, j’ai personnellement du mal à abimer les choses en image.

Revenons un instant à votre œuvre érotique, pourquoi ce genre est-il si peu vivace en France ? Il pourrait constituer un noble pendant au déluge de la pornographie commerciale, qui abaisse tout ce qu’elle touche. L’érotisme est pourtant bien une constante de l’âme européenne. Comment expliquez-vous cette hypocrisie de nos sociétés dites “libérées” ?

C’est une œuvre bien mince puisqu’elle se borne à un seul livre – mais que je revendique volontiers – en fait une série d’illustrations sur un texte de Françoise Rey (La femme de papier). L’illustration est déjà un plaisir de dessinateur. La bande dessinée est une longue course de fond alors que l’illustration est une récréation.

L’érotisme pourrait trouver une belle place dans la recherche de beauté que nous évoquions. Je n’ai jamais rencontré d’éditeur très enthousiaste là-dessus, j’avoue ne pas avoir trop cherché non plus, si je fais des illustrations dans ce domaine avec plaisir, je ne me lancerai pas dans une bande dessinée. Il est certain que dans l’entre-deux guerres, par exemple, l’édition dans ce domaine était bien plus florissante qu’aujourd’hui.

Terpant érotisme

Pouvez-vous nous dire quelques mots de vos projets actuels ? Il se murmure qu’une rétrospective de votre œuvre est en cours ?

Je travaille sur les deux tomes du  Capitaine perdu  à paraître chez Glénat, que nous avons évoqué. J’ai également lancé, avec le système de la collecte de fond (crowdfunding), ce que j’ai appelé mon Imagier, en référence à celui du peintre Henri Rivière qui fut l’un des premiers grands illustrateurs français. Il s’agit d’un livre d’illustrations dont la création s’étire sur vingt-cinq années.

Le livre est structuré par thème : la nature, l’adaptation de Jean Raspail, l’Histoire, l’érotisme, la publicité, les portraits… Pour chacun est proposé un petit texte d’un auteur qui présente le chapitre. Partant du principe qu’on ne commente pas son travail soi-même, je n’ai écrit que la préface. C’est un beau livre dos toilé de plus de cent pages sur beau papier.

J’ai opté pour le système du crowdfunding (inventé à l’origine pour la musique) car ce type de projet qui allait autrefois de soi chez les éditeurs de bande dessinée, n’existe quasiment plus. Si cette expérience fonctionne bien, et elle semble bien partie, je lancerai peut-être ainsi Le dictionnaire des Pikkendorff, dictionnaire illustré de la famille Pikkendorff de Jean Raspail, qui est son dernier texte inédit.

Dernière partie de l’entretien demain samedi 12 juillet à 18 heures.

Pour retrouver la première partie de l’entretien.

Crédit photo Une et dessin : Jacques Terpant


Participez au financement collaboratif de l’Imagier de Jacques Terpant via la collecte de fond : http://www.sandawe.com/fr/projets/imagier-de-jacques-Terpant

Des cadeaux de très haute qualité vous seront proposés en fonction du montant de votre participation.


Les livres de Jacques Terpant et de Jean Raspail sont disponible chez notre libraire associé : Europa Diffusion