L’armée algérienne défilera bien sur les Champs-Élysées

L’armée algérienne défilera bien sur les Champs-Élysées

09/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Ce quatorze juillet, l’armée algérienne défilera sur les Champs-Élysées avec nos soldats au grand mécontentement des Français, oubliant le 5 juillet 1962 à Oran, jour de la Saint Antoine. Alors que le « cessez-le-feu » était en vigueur depuis trois mois, une chasse aux Blancs était organisée ce jour là et les malheureux qui n’avaient pas encore eu le temps de quitter les lieux furent égorgés, tués au revolver ou à la mitraillette. Dans les restaurants, les magasins, les appartements, de pauvres gens furent assassinés avec cruauté, leurs yeux furent arrachés, leurs membres coupés. On vit même des femmes musulmanes dépecer des vivants avec les dents. La tuerie dura près de six heures. Dix huit mille soldats français, stationnés à Oran, ayant reçu l’ordre de l’infâme général Katz de rester cantonnés dans leurs casernes, laissèrent assassiner nos ressortissants. À 17 heures, les cadavres jonchaient la ville, on en trouva pendus aux crochets des bouchers, dans des poubelles… 3 000 morts et disparus ? Nul ne sait le bilan exact de cette Saint-Barthélemy.

Aujourd’hui, la France saigne par de nouveaux actes de barbarie, ravage flagrant de la société multiculturelle qui nous est imposée : femmes policières assassinées à Collobrières, institutrice poignardée a Albi, jeune militaire poignardé a Gap, enfants exécutés devant leur école a Toulouse… Cette France multi-culturelle qui nous est désormais imposée nous a habitués aux règlements de compte à la Kalachnikov, aux viols en plein jour, aux voitures qui brûlent, aux agressions à répétition.

Désormais dans notre capitale, dans certains quartiers déclarés zones de non-droit, les européens de souche sont minoritaires. Un policier confiait récemment qu’un contrôle sur une bagarre au couteau s’est terminé en révolte de rue et que les policiers ont dû dégoupiller une grenade de désencerclement afin de pouvoir rejoindre entiers leur voiture qui était garée à 30 mètres. Témoignage à peine croyable, le commissariat du quartier de la Goutte d’ Or, selon le quotidien « Le Parisien », précise qu’il a dû diffuser plusieurs fois, au micro son appel à toutes les unités.

Cinquante deux ans plus tard, l’équipe algérienne de football a failli rencontrer l’équipe de France. Heureusement ou malheureusement, la sélection allemande a eu raison d’eux. Il n’en reste pas moins que chacun aura pu voir les événements se déroulant dans nos villes lors des matchs impliquant l’équipe d’Algérie, dont les supporteurs, tous nés en France, ont manifesté leur joie en brûlant des voitures et hurlé « la France est à nous », « ici c’est l’Algérie », etc…

Au chaos social s’ajoute désormais le chaos ethnique : doit-on prédire à la France un destin similaire au Liban ou à l’ex-Yougoslavie avec des années de guerre civile ? Saint Antoine priez pour nous !