Pour Christian Estrosi, qui acte le décès de l’UMP, son parti est devenu “bourgeois et élitiste”