Gaël Brustier : «Sarkozy, c’est le Berlusconi de 1994, pas celui de 2014»