Fabrice Robert : un match France-Algérie aurait été un vrai bonheur pour les partisans de la remigration

Fabrice Robert (photo en Une), président du Bloc identitaire, a été interviewé par Pierre Cassen pour Riposte Laïque, sur le Mondial 2014 de football et la remigration.

Riposte Laïque : L’équipe d’Algérie a été éliminée en 1/8e de finales par l’Allemagne, après prolongations. Soulagement, ou frustration de passer à côté d’un match France-Algérie ?

Fabrice Robert : Certains journalistes avaient écrit qu’un France-Algérie étaient le match dont rêvaient les Identitaires. Ce n’est pas faux.
En effet, cette rencontre aurait certainement permis une grande explication en montrant que pour certains, leur pays n’est pas la France mais l’Algérie. Je me souviens que Najat Vallaud-Belkacem avait déclaré craindre plus que tout un match France-Algérie. Je crois qu’une telle confrontation aurait été un cauchemar pour les propagandistes de l’assimilation et un vrai bonheur pour les partisans de la remigration.

Rappelons-nous du match France-Algérie en 2001. La Marseillaise avait été sifflée par les supporteurs de l’Algérie, considérés pourtant comme « Français ». Pensé et voulu pour contribuer au rapprochement de deux communautés, le match avait aussi été interrompu à la 76e minute après l’envahissement de la pelouse.
Un match France-Algérie en 2014 aurait pu être cataclysmique en montrant à la face du monde l’échec de l’intégration et du vivre ensemble. Ce qui n’aurait pas été sans conséquences sur le plan politique en France. Les idéologues de Terra Nova ont eu chaud. Mais, n’en doutons pas. D’autres occasions se présenteront.

Riposte Laïque : Peux-tu rappeler à l’ensemble de nos lecteurs ce que fut la campagne du Bloc Identitaire, dans les semaines qui ont précédé cette Coupe du Monde ?

Fabrice Robert : Quelques semaines avant le début de la Coupe du monde de football, nous avons tiré le signal d’alarme face aux risques d’incidents graves entraînés par les supporteurs algériens. En effet, depuis le tristement célèbre match entre la France et l’Algérie en 2001, pratiquement chaque rencontre de l’équipe algérienne entraîne des débordements violents.

Le Bloc identitaire a donc demandé au ministre de l’Intérieur et aux préfets d’appliquer pour les matchs de l’équipe d’Algérie le même arsenal législatif qu’ils utilisent à l’encontre des supporteurs français.

Voici ce que nous réclamions :
• La suspension des visas et interdiction d’entrée sur le territoire français pendant la durée de la Coupe du monde des supporteurs algériens ou se comportant comme tels.
• L’interdiction de circuler pour les supporteurs algériens ou se comportant comme tels dans les zones centrales des agglomérations chaque jour de match, de zéro heure à minuit.
• L’interdiction d’arborer les couleurs de l’Algérie (vert, blanc et rouge), les jours de match de l’équipe d’Algérie.
• L’obligation pour les supporteurs algériens ou se comportant comme tels arrêtés lors des incidents précédents ou connus par les services de police comme susceptibles de provoquer des incidents de venir pointer à chaque mi-temps lors des matchs des Fennecs.
• L’interdiction de vente d’alcool dans les zones de rassemblement des supporteurs algériens ou se comportant comme tel.

Algerie c'est ton pays - Bloc identitaireDans le même temps, nous avons lancé la campagne « L’Algérie, c’est ton pays ? Retournes-y ! ». Puisqu’ils sont plusieurs centaines de milliers à clamer dans nos rues que l’Algérie est leur pays, nous leur avons demandé de faire preuve de cohérence.

Dans une lettre ouverte aux supporteurs algériens, je leur suggérais d’avoir le courage de faire un choix : « Vous aimez l’Algérie ? Alors partez vivre là-bas ! Soyez courageux ! Ce pays a des ressources naturelles énormes, c’est à vous de les exploiter et de contribuer au développement de l’Algérie. Ce que nous vous proposons, c’est une remigration dans la dignité sur le sol de vos ancêtres et dans l’intérêt de nos deux peuples. Nous, Français, ne souhaitons pas un conflit communautaire. Vous, Algériens, avez tout à gagner à vous ré-enraciner. Car l’identité hors-sol n’existe pas. Elle conduit aujourd’hui, en France, à une schizophrénie porteuse de violence et de racisme entre les communautés. »

Riposte Laïque : Vous avez lancé, notamment à Lyon, mais aussi dans d’autres villes, des appels à manifester contre la racaille. Elles ont toutes été interdites. Cela vous a-t-il surpris ?

Fabrice Robert : Non. Mais le principal objectif était de pousser les autorités dans leurs retranchements tout en montrant au grand public la réalité du deux poids deux mesures. Les Préfets ont donc préféré interdire des rassemblements anti-racailles tout en fermant les yeux sur les manifs racailles.

Des appels à manifester avaient été lancés dans plusieurs villes : Roubaix, Maubeuge, Lille, Lyon, Paris, Marseille, etc. Pour les organisateurs, il n’était pas tolérable que leur ville soit la proie d’incendies criminels et de dégradations en tout genre provoqués par des racailles ayant décidé de profiter d’une victoire sportive pour affirmer leur patriotisme algérien. Alors que les pouvoirs publics semblaient incapables de protéger ses citoyens, les Identitaires ont décidé d’agir. Les appels à manifester ont, en tout cas, provoqué une certaine panique et obligé les autorités à renforcer les mesures pour circonscrire au maximum les débordements.

À Lyon, une centaine de patriotes ont bravé l’interdiction en défilant avec la banderole « Ici, c’est Lyon. Pas l’Algérie ». Ils ont été assez rapidement encadrés par des policiers qui ont réussi, ce jour-ci, à arrêter plus de patriotes que de supporteurs algériens lors du match Algérie-Russie. Comme quoi, quand on veut, on peut… Le Préfet Carenco a alors joué au dur en déclarant à la presse « Quand on me cherche, on me trouve ». Sauf quand il s’agit de supporteurs algériens, donc ?

D’autres actions ont été menées un peu partout en France. Sur le Périphérique parisien, les automobilistes ont aperçu une banderole « Ici, c’est Paris. Pas l’Algérie ». Sur l’autoroute vers Metz, une banderole a été déployée avec le slogan suivant : « One Two Three. Retour en Algérie ».

Je pense sincèrement que les Identitaires ont su faire preuve à la fois d’audace intellectuelle et de courage sur le terrain. Nous sommes la première ligne. Nous ne reculons pas et agissons déterminés pour réveiller les consciences !

Fabrice Robert : un match France-Algérie aurait été un vrai bonheur pour les partisans de la remigration

De gauche à droite : Fabrice Robert, Christine Tasin, Pierre Cassen.

Riposte Laïque : As-tu l’impression, durant ces dix jours, et notamment les deux nuits agitées suivant les victoires contre la Corée et la Russie, que les Français ont ouvert davantage les yeux, malgré l’enfumage politico-médiatique ?

Fabrice Robert : Malgré les attaques assez virulentes des bienpensants, nous avions vu juste. Chaque match avec l’équipe d’Algérie a été émaillé d’incidents assez graves en France. On ne compte plus – et ce, dans plusieurs centaines de villes françaises – les affrontements avec les forces de l’ordre, les incendies volontaires de voitures et les dégradations de mobiliers urbains, les pillages de magasins et de boutiques, les agressions anti-françaises et les insultes, provoqués par les supporteurs algériens.

Notre démarche consistait surtout à empêcher une explosion des violences en mettant les autorités face leurs responsabilités. Les grands médias nous ont accusé d’amplifier les choses. Mais, eux, ont tout fait pour minimiser le phénomène. Ils ne se rendent même pas compte qu’en agissant de cette manière, ils se tirent une balle dans le pied.

J’ai d’ailleurs remarqué un certain décalage entre la presse nationale et la PQR. Alors que les journalistes parisiens se contentaient de commenter les scènes de liesse dans les rangs algériens, on découvrait peu à peu dans la presse locale, l’ampleur des dégradations commises par les supporteurs des Fennecs. Ceux qui ont perdu leur commerce ou ont vu leur voiture finir en flamme s’en souviendront certainement. Et je ne parle pas des policiers et des pompiers lâchement caillassés par ces bandes de racailles. Malgré les mensonges des médias, je pense que les Français ne sont pas dupes. la colère gronde et le fossé semble s’élargir toujours plus entre la caste politico-médiatique et le peuple.

En attendant, lors du prochain match de l’équipe d’Algérie, il pourrait être intéressant d’affréter un bus spécial pour faire découvrir aux journalistes bobos les joies de Roubaix en feu.

Riposte Laïque : Comment expliques-tu que nos compatriotes restent passivement chez eux, pendant qu’une véritable cinquième colonne commet des exactions dans leur ville ?

Fabrice Robert : Chaque jour, en France, les Français sont confrontés au développement de la violence et des incivilités. Il y a un véritable ras-le-bol mais qui s’exprime, pour le moment, surtout dans les urnes. D’ailleurs, j’aimerais beaucoup avoir un match de l’équipe d’Algérie la veille d’un grand rendez-vous électoral en France….

Ceci étant dit, lorsque les jeunes identitaires organisent des tournées anti-racailles pour dénoncer l’insécurité, ils bénéficient d’un véritable soutien populaire. C’est aussi le cas quand nous décidons de lancer des manifestations anti-racailles en France pour dénoncer les exactions des supporteurs algériens. Nous jouons alors un rôle d’aiguillon. Nous voulons montrer l’exemple et dire à notre peuple qu’il est possible de dire stop !

Je suis persuadé qu’à force de multiplier ce type d’initiatives, notre peuple descendra un jour dans la rue – à l’occasion d’événements politiques et historiques particuliers – pour agir à nos côtés.

Riposte Laïque : Vous avez été attaqué, dans les médias, notamment par Najat Vallaud-Belkacem, qui vous reproche d’attiser la haine et de diviser les Français. Une réaction ?

Fabrice Robert : En effet. Dans un entretien accordé à La Chaîne Parlementaire (LCP), Najat Vallaud-Belkacem a violemment attaqué le Bloc Identitaire en présentant le mouvement comme la « figure la plus hideuse de l’extrémisme ». L’objet de son courroux était la manifestation prévue à Lyon le 26 juin dernier, légalement déposée par les Identitaires et finalement interdite par la préfecture du Rhône, pour dénoncer l’inaction du gouvernement socialiste face aux bandes de racailles sévissant à chaque match de football de l’équipe d’Algérie.

Fabrice Robert : un match France-Algérie aurait été un vrai bonheur pour les partisans de la remigrationAu lieu de s’en prendre à un mouvement politique qui ose dénoncer tout haut les exactions des Algériens sur notre territoire, celle-ci devrait nous expliquer pourquoi elle craignait une affiche France-Algérie. Peur de voir le fameux modèle multiculturel, qu’on cherche à nous imposer par la force, imploser en direct ?

Donc, pour Najat Vallaud-Belkacem, est extrémiste celui qui alerte l’opinion au sujet des risques de débordements inacceptables en France. Pour Najat Vallaud-Belkacem, est extrémiste celui qui n’accepte pas de se faire insulter sur son sol par des individus qui profitent de notre hospitalité tout en affichant leur mépris pour la France. En Algérie, quel gouvernement pourrait accepter de voir des centaines de milliers de Français, d’Egyptiens ou de Marocains défiler sur leur sol en insultant leur nation et en saccageant des villes comme Alger, Oran ou Constantine ?

Avant de s’en prendre, par facilité et aveuglement idéologique, à ce qu’elle appelle l’ultra-droite, Najat Vallaud-Belkacem devrait commencer par dénoncer les violences extrémistes des hooligans d’ultra-Afrique…

Propos recueillis par Pierre Cassen

Source : Riposte laïque.