Le « mondial » : « Patriotisme débile au service d’un déracinement planétaire »