Islamisme en prison : Christiane Taubira travestit la réalité

Islamisme en prison : Christiane Taubira travestit la réalité

Rediffusion – Cet article a été publié sur Novopress une première fois en juin 2014. Nous en proposons la lecture aux internautes en raison de son actualité.


13/06/2014 – PARIS (NOVopress)
Christiane Taubira (photo) l’a annoncé hier matin sur RTL : la « radicalisation » de musulmans en prison ne concernerait que 90 personnes en France. Un ancien détenu nous explique pourquoi ce chiffre n’est pas crédible compte tenu des réalités carcérales.

Les apprentis djihadistes en prison ne seraient donc que 90 en France. 90 personnes sur 69 000 prisonniers (chiffres d’avril 2014), soit 0,13% des détenus. Quand il est possible d’affirmer sans trop s’aventurer que plus de la moitié des détenus en France sont musulmans, il s’agit donc ici d’un taux extrêmement faible.

Or, pour tout surveillant de prison ou ancien détenu, le nombre annoncé par la Garde des Sceaux a de quoi laisser pantois. Car qui connaît un minimum le fonctionnement d’un établissement pénitentiaire au quotidien sait qu’il est impossible pour l’Etat de précisément chiffrer le phénomène. Explications…

Des moyens de renseignement limités

Le lieu le plus sensible d’une prison est la cour de promenade. C’est bien souvent un lieu de bagarres et de règlements de comptes, mais c’est surtout un lieu où les détenus échangent entre eux plusieurs heures par jour. Un terrain qui est donc propice à la diffusion du discours djihadiste ainsi qu’à la transmission de contacts extérieurs à la prison. C’est notamment par ces échanges qu’une personne souhaitant rejoindre les djihadistes saura où se rendre et qui contacter une fois dehors.

Or, par mesure de sécurité tout à fait légitime, les surveillants pénitentiaires ne peuvent pas descendre en cours de promenade. Une interdiction qui limite considérablement les sources d’informations. En la matière, le renseignement de l’Etat se limite ainsi à la simple observation de la cour de l’extérieur : qui échange avec qui. A titre d’exemple, je me souviens que la prière effectuée par les trois quarts des détenus de ma cours de promenade le jour de l’Aïd al-Fitr (fête célébrant la rupture du jeune du Ramadan) était filmée de l’extérieur par un surveillant. Mais en dehors d’images vidéos et de rapports de l’administration pénitentiaire sur les fréquentations des uns et des autres, il est impossible de connaître la nature des propos qui peuvent être tenus entre deux détenus dans une cour de promenade.

Ce qui est valable pour la cour de promenade l’est également pour les cellules de la prison. Comment se glisser dans l’intimité d’une cellule ? Pour limiter les moyens de communication des détenus à risque, l’administration pénitentiaire aura tendance à les placer seuls en cellule ou à l’isolement. Mais ici encore, ces méthodes sont dérisoires et ne suffisent pas à endiguer le phénomène.

Compte tenu de ce constat, pour pouvoir annoncer un chiffre crédible, l’Etat devrait avoir recours à des moyens de renseignements tels que infiltration des cours de promenade ou les écoutes en cellule. Des méthodes qui, faute de moyens, sont impossibles à généraliser au regard des dizaines de milliers de détenus musulmans qui entrent et sortent chaque année. A l’heure actuelle, le renseignement en prison repose sur des procédés beaucoup trop superficiels pour cerner l’ampleur du phénomène. Car en vérité, les principaux indicateurs sur lesquels sont fondés les chiffres du ministère reposent sur des méthodes de renseignements se limitant à l’observation des cours de promenades de l’extérieur, au contenu des bons de cantine ou à la surveillance des correspondances…

Minimiser l’impuissance de l’Etat

Dans un système marqué par la communication (un système que Jean-Yves Le Gallou qualifie à juste titre de « tyrannie médiatique »), l’Etat doit montrer qu’il n’est pas dépassé par la situation à l’heure où des centaines de « français » partent rejoindre les forces djihadistes en Syrie et en Irak. La manière dont on communique officiellement sur une réalité importe dès lors plus que la réalité elle-même. Entre un Nicolas Sarkozy qui prétend chasser la racaille de la cité des 4000 à la Courneuve et une Chstiane Taubira qui minimise le phénomène djihadiste en prison, la logique est la même : l’impuissance de l’Etat doit être masquée par la communication. Et, dans le cas de la Garde des Sceaux, il est d’autant plus facile de mentir sur la situation des prisons françaises que celles-ci constituent un lieu clos exclusivement contrôlé par le ministère.

Malheureusement, les seules sources alternatives sur la situation derrière les murs des prisons proviennent d’associations le plus souvent très orientées à gauche (tel que l’Observatoire international des prisons [OIP] dont la liste des anciens présidents comprend des personnes telles que l’avocat Thierry Levy ou la journaliste Florence Aubenas) et dont la politisation occulte tout discours franc et réaliste sur la situation dramatique des prisons françaises (et notamment le racisme anti-blanc qui s’y exprime quotidiennement, voir ainsi cette  interview de l’auteur Gérald Pichon sur le racisme anti-blanc en prison).

Car en vérité, dans les cités comme dans les prisons, l’Etat est complètement dépassé par les conséquences à long terme de l’immigration massive. La ghettoïsation des quartiers, l’islamisation des prisons ou le départ pour le djihad de musulmans ayant la nationalité française ne sont que les effets de ce phénomène massif et incontrôlé. Des conséquences que les Français sont de plus en plus nombreux à comprendre, et que l’Etat et ses relais médiatiques ne pourront pas perpétuellement minimiser.

Cyril Raul

Crédit photo : Claude Truong-Ngoc via Wikipédia (cc).