Départ des Bleus pour le Brésil - L’« info en continu » jusqu’au ridicule (Présent 8122)

Départ des Bleus pour le Brésil – L’« info en continu » jusqu’au ridicule (Présent 8122)

Départ des Bleus pour le Brésil - L’« info en continu » jusqu’au ridicule (Présent 8122)Waouh ! Benzema signe un autographe… Génial ! Cabaye poste un tweet… Attention, attention ! Pogba remonte son pantalon de survêtement… Alors que l’équipe de France de foot devait prendre lundi matin l’avion pour le Brésil, direction la Coupe du monde, les chaînes d’information en continu ne nous auront absolument rien épargné : de 8 heures à 10 h 30, de leur sortie de l’hôtel à leur décollage depuis l’aéroport de Lille-Lesquin, les téléspectateurs auront pu suivre les moindres faits et gestes des Bleus, commentés par des journalistes à la limite du gâtisme.

La lombalgie de Ribéry

Il est vrai que la victoire remportée la veille haut la main (8-0) par l’équipe nationale contre la… Jamaïque (81e au classement mondial de la FIFA), lors d’un match amical à Lille, les avait grandement requinqués après plusieurs jours de très vive inquiétude. Un véritable drame national venait en effet de se produire : l’attaquant « français » converti à l’islam, Bilal Yusuf Mohammed, autrement dit Franck Ribéry (dessin en Une), souffrait d’une lombalgie. Pire encore : après un suspens insoutenable, on apprenait que la vedette du groupe ne serait pas du voyage au Brésil.

Fort heureusement, « super Domenech », l’ancien sélectionneur des Bleus qui, à défaut d’avoir rapporté d’Afrique du Sud une coupe du monde en 2010, se sera illustré en lisant la lettre du « soviet de Knysna », devait rassurer tout le monde : si l’absence de Ribéry au Mondial est un coup dur, les Bleus ne seront pas pour autant condamnés à jouer moins bien. Ouf ! Nous voilà donc rassurés.

Des jeux, à défaut de pain

Comme chaque détail a son importance, les journalistes nous auront également longuement présenté l’avion grand luxe spécialement affrété depuis Paris pour conduire les joueurs à Sao Paulo, puis celui qui devait les acheminer de Sao Paulo à Ribeirao Preto où se trouve leur camp de base : le luxueux hôtel JP, un établissement cinq étoiles loué par la FIFA pour un montant confidentiel, mais dont nous connaissons désormais le moindre placard sans jamais y avoir mis les pieds. Le tout ponctué par les tweets historiques envoyés régulièrement par les joueurs : « C’est parti », « En route pour le Brésil ».

Bref, tout cela est-il vraiment sérieux ? Dans un pays submergé par l’immigration-invasion et hautement menacé par les communautarismes, où les usines ferment les unes après les autres et où le chômage, si l’on inclut les DOM, dépasse les 10 %, nous serions évidemment tentés de répondre non. Mais, ce serait faire erreur. Car d’aucuns, en hauts lieux, comptent beaucoup sur les Bleus pour retrouver un minimum de popularité.

FRANCK DELÉTRAZ

Crédit photo : Ibliskov – Flucтuaт Nεc, via Flickr, (cc).


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !