Le « fric foot » frappe décidément à tous les étages