Pour Franz-Olivier Giesbert, Copé « va disparaître dans les égouts », car « c’est sa place »