Pour tous les gouvernements la SNCM une « patate chaude »