Livre : Pierre-André Taguieff s’attaque à « l’antilepénisme ordinaire »

15 mai 2014 | Politique

PARIS (NOVOpress) – Les éditions du CNRS publient aujourd’hui « Du diable en politique », le nouvel ouvrage du sociologue et politologue Pierre-André Taguieff, connu notamment pour ses travaux sur le racisme, la judéophobie et le courant dit de la « Nouvelle Droite ». Dans ce livre, qui s’annonce fort peu « politiquement correct », l’auteur s’attaque au traitement politico-médiatique du Front national et de ses dirigeants, le qualifiant de « phénomène de diabolisation où l’anathème et la condamnation morale ont remplacé toute tentative de débat d’idées et de combat politique ».

Constatant l’échec total de ce discours convenu et moralisateur, devenu une sorte de « catéchisme » systématique et sans portée, Pierre-André Taguieff s’interroge sur la persistance de celui-ci malgré son incapacité complète à endiguer la montée du parti lepéniste.

Le sociologue se penche aussi sur la troublante indulgence dont bénéficie « l’extrême gauche » par rapport à tout ce qui touche ou est qualifié « d’extrême droite » ainsi que sur l’opposition des « trois France » (« La France d’en bas », « La France des élites », « La France des périphéries et de l’immigration ») qui morcelle la nation.

Peu soupçonnable de sympathie pour le parti nationaliste, Pierre-André Taguieff a au moins le mérite de vouloir comprendre et analyser ce qu’il combat et n’hésite pas pour ce faire à bousculer le conformisme et la paresse idéologique qui entourent « la question Le Pen » depuis de trop nombreuses années.

« Du diable en politique – Réflexions sur l’antilepénisme ordinaire », de Pierre-André Taguieff, Editions du CNRS, 400p., 29 euros.

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
61 % of 5000

Aider NovoPress

« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.