Taubira, la Marseillaise et le « karaoké d’estrade »