Hollande : le président Coué. Il y croit toujours, pas les Français

Hollande : le président Coué. Il y croit toujours, pas les Français

Le président Hollande doit tout de même avoir des chiffres. Il ne peut, après avoir raté le changement et la baisse de la courbe du chômage, se tromper totalement sur le retournement économique. On a le droit d’avoir un doute. Le seul français vraiment optimiste, c’est lui et il pratique la méthode Coué comme personne.

ho interIl faut revenir à la définition de cette méthode qui permet à un sujet d’être optimiste quand la réalité l’est moins. Coué considère que toute idée qui se grave dans notre esprit tend à devenir une réalité dans l’ordre du possible. « Si, étant malade, nous nous imaginons que la guérison va se produire, celle-ci se produira si elle est possible. Si elle ne l’est pas, nous obtiendrons le maximum d’améliorations qu’il est possible d’obtenir » répétait-il inlassablement. La méthode Coué est une prophétie autoréalisatrice qui tire son nom des travaux du psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 – 1926). Elle est fondée sur la suggestion et l’autohypnose. Cette méthode est une forme d’autosuggestion censée entraîner l’adhésion du sujet aux idées positives qu’il s’impose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative. Hollande se soigne donc, mais les Français ne croient plus en ses remèdes.

Deux ans après son élection à la tête de l’État. Un électeur sur trois ayant voté pour lui au second tour ne referait pas ce choix selon un sondage réalisé par le quotidien Nice-Matin. Les Français le jugent sans cap, sans compétence…. En un mot, un homme qui n’est pas à la hauteur. Sa seule satisfaction serait que Nicolas Sarkozy ne retrouve pas, en comparaison, une opinion meilleure.

En  fait, le seul espoir du président c’est une baisse du chômage, même décalée par rapport à ses promesses. Pour cela, l’exécutif compte sur les emplois potentiellement créés dans le cadre du pacte de responsabilité. Les allègements de cotisations sociales pour les entreprises doivent permettre la création d’environ 350 000 emplois en trois ans, selon le gouvernement. Un scénario jugé très optimiste par le journal Les Echos, pour qui l’impact de la politique de l’offre du gouvernement risque de prendre un peu plus de temps. Le journal explique que les entreprises peuvent actuellement produire plus sans embaucher.

La baisse du chômage passe d’abord par la reprise de l’activité. Sur ce point, l’indice PMI, qui permet de mesurer l’activité du secteur privé, est en hausse ces derniers mois. Il est passé de 47,9 en février à 51,6 au mois de mars, ce qui représente la plus forte croissance de la zone euro, comme l’indique La Tribune. Mais cette reprise est fragile, puisque ce même indice a connu un tassement au mois d’avril, toujours selon le site économique. Le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) juge « optimiste » les prévisions 2016-2017 (2,25% par an), car rien ne garantit que la baisse du coût du travail liée au pacte de responsabilité permette de rendre la France plus compétitive si les autres pays européens font de même.

L’Europe estime que la France sera incapable de respecter ses engagements et que ses prévisions de croissance même pour 2015 sont irréalistes. Un malaise est en vue avec Bruxelles, sinon une crise avant les élections qui pourrait donner encore un coup politique au pouvoir français. En juillet 2013 le président qui annonce aujourd’hui le retournement avait affirmée voir le retour de la croissance… Mais les Français comme sœur Anne ne voient toujours rien venir : que le PS qui poudroie et le Président qui merdoie.

Raoul Fougax

Source : Metamag.

Crédit images : DR.