Thierry Mariani se souviendra longtemps de ceux qui l’ont critiqué après son tweet sur l’esclavage