Depuis un an un accord de libre échange transatlantique est négocié secrètement

Depuis un an un accord de libre échange transatlantique est négocié secrètement

07/05/2014 – BRUXELLES (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le cinquième cycle de négociations entre l’Union européenne et les Etats‑Unis doit avoir lieu dans deux semaines. Si ce projet arrivait à son terme, les entreprises transnationales rivaliseraient avec le pouvoir des Etats souverains par le jeu du règlement privé des différends. Les appellations d’origine contrôlées, ainsi que les normes sanitaires européennes seraient remises en cause. De plus, les Etats‑Unis désirent un espace financier transatlantique commun, mais sans régulation financière. Et l’Union européenne, sans réaction face aux révélations sur l’ampleur de la surveillance par la NSA, n’est quant à elle que peu crédible quant à la protection des données personnelles.

Pourtant l’opposition s’organise

Le Parlement allemand, le Bundestag, s’est notamment ému du manque de transparence des négociations. L’exemple du traité ACTA, un autre traité transatlantique portant sur les droits de la propriété intellectuelle, et finalement rejeté, en 2012, par le Parlement européen, peut donner de l’espoir aux opposants. Une centaine de mouvements citoyens se sont unis, en France dans le collectif « Stop TAFTA », et dans toute l’Europe pour coordonner des actions.

Les Etats‑Unis négocient en même temps un traité de libre‑échange avec la zone Pacifique

En effet, et cela révèle que l’accord transatlantique est plus qu’un simple accord commercial. L’Union européenne n’a pas pour but de devenir une puissance rivale des Etats‑Unis, mais de constituer avec eux un bloc occidental contre d’une part la puissante et indépendante Russie, et d’autre part, la dérangeante Chine. Par ces deux accords, les Etats‑Unis se constituent un vaste glacis commercial cernant ces deux puissances trop indépendantes.