Etat de non-droit à Corbeil-Essonnes, la ville du sénateur Serge Dassault

22/04/2014 – CORBEIL-ESSONNES (NOVOpress)
Etat de non-droit à Corbeil-Essonnes, la ville du sénateur Serge DassaultUn tout petit article dans Le Parisien du 21 avril, et article payant sur la version en ligne de ce même journal, pour ce fait que la presse qualifie sans doute de “divers”.

Dans le quartier “sensible “de “Montconseil”, la police municipale était venue constater des dégradations commises sur le gymnase de quartier, un équipement public pour les “jeunes en difficulté”. L’article précise que la Police Nationale sécurise le quartier lorsque la Police Municipale intervient…

Les citoyens sont alors en droit de se demander à quoi sert leur police municipale si elle n’est pas capable de se rendre sur le terrain sans intervention de ses collègues de la Police Nationale ?

C’est alors que 40 “jeunes” ont lancé des parpaings et d’autres projectiles sur les policiers. Sur ces 40 racailles, uniquement 2 “jeunes” ont été interpelés et ont de bonnes chances d’être remis en liberté peu de temps après.

Pourquoi la Police Municipale n’est elle pas armée ? Pourquoi faut-il l’intervention systématique de la Police Nationale pour aller dans ces quartiers ? C’est un exemple typique d’une zone de non-droit livrée aux racailles dans la “République” de François Hollande !

Après la première secousse ressentie lors des élections municipales, désaveu cinglant pour le pouvoir PS, faudra-t-il un véritable tsunami aux Européennes pour améliorer la situation ?