Quand Ayrault refusait de brandir le risque d’une présence FN au second tour avant le 21 avril 2002