Loi sur l’égalité hommes/femmes : le Sénat aveuglé par un égalitarisme totalitaire

Loi sur l’égalité hommes/femmes : le Sénat aveuglé par un égalitarisme totalitaire

18/04/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
L’Assemblée avait adopté le 28 janvier dernier à une large majorité le projet de loi pour l’égalité entre les hommes et les femmes défendu par Najat Vallaud‑Belakacem. Ce projet a été voté hier en seconde lecture par le Sénat.

De multiples mesures symboliques, comme la suppression de l’expression « bon père de famille » utilisée dans plusieurs textes de lois était prévue. Des obligations de parité étaient également mises en place dans un certain nombre de structures, afin d’obliger les hommes et les femmes de France à se singer mutuellement dans la vie de tous les jours. La réduction de 6 mois du congé parental est également prévue lorsque le père n’a pas pris son congé parental. Une façon pour l’Etat de s’immiscer un peu plus dans les familles.

Le Sénat a effectué quelques modifications marginales sur le texte de loi, sans en modifier pourtant l’esprit

Le Sénat n’abroge ni ne remet en cause les articles fondamentaux de la loi. Il a modifié simplement quelques mesures absurdes, comme l’obligation faite à l’Institut de France et à certaines académies comme l’Académie française d’assurer une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes ; l’obligation qui était faite à l’administration d’envoyer des courriers aux femmes mariées sous leur nom de naissance est également supprimée. Enfin, le Sénat a supprimé certaines règles de parité arbitrairement fixées dans les fédérations sportives ou les chambres d’agriculture.

Au‑delà des questions d’égalité entre hommes et femmes, ce texte de loi est un réel pamphlet pro‑avortement

Un des articles les plus polémiques de la loi remet en cause la condition de détresse de la mère nécessaire pour effectuer tout avortement. La fondation Jérôme Lejeune a ainsi demandé aux sénateurs de s’opposer à la « chosification » croissante de l’enfant. D’une manière plus générale, une résistance se fait jour en Europe contre l’avortement. L’initiative citoyenne « One of Us » a réussi à obtenir 1,7 million de signatures, homologuées par la Commission européenne, contre l’avortement. Cette initiative a envoyé une délégation à la Commission européenne, et a obtenu le soutien du pape François. Ce mouvement défenseur de la vie a rappelé s’opposer « le plus fermement possible à tout attentat direct à la vie, surtout celle qui est innocente et sans défense ; et l’enfant à naître dans le sein maternel est l’innocent par définition ».

Crédit photo : Parti socialiste, via Flickr, (cc).