La réforme territoriale soulève de vives réactions chez les sénateurs

La réforme territoriale soulève de vives réactions chez les sénateurs

14/04/2014 – PARIS (NOvopress via Bulletin de réinformation)
La grande réforme territoriale comprenant la suppression des départements en 2021, annoncé le 8 avril par Manuel Valls lors du discours de politique générale, soulève de vives réactions chez les sénateurs (photo). L’assemblée sénatoriale compte 10 % de présidents de Conseil général. A l’adresse des sénateurs, mercredi dernier, le Premier ministre s’est voulu rassurant, déclarant ainsi : « Nous avons six ans pour y réfléchir. Nous n’agirons pas dans la brutalité, mais ne fuirons pas non plus nos responsabilités ». Au lendemain du discours de Manuel Valls, lors d’une séance de questions au gouvernement, les sénateurs ont concentré leurs questions sur ce sujet, signalant ainsi leurs préoccupations.

Yves Daudigny, sénateur socialiste de l’Aisne, regrette qu’il n’y ait eu « aucune discussion préalable avec l’assemblée des départements de France ». On note également la réaction d’Yvon Colin, du groupe rassemblement démocratique et sociale européen. Au sujet de cette réforme, il déclarait récemment « Nous n’avons aucune assurance que nous aurons la majorité, et les candidats aux cantonales vont se retrouver à devoir fermer la porte derrière eux » « Ils vont se retrouver à la boucherie », ajoute‑t‑il également.

Jean‑Claude Gaudin, maire de Marseille, a d’ores et déjà annoncé l’opposition totale de son groupe à cette réforme. Selon lui « Le département doit être un espace adapté à l’expression démocratique de la ruralité ». Au sujet de cette réforme, seuls les écologistes soutiennent les socialistes, dont la majorité semble cependant incontrôlable. Cette réforme s’annonce‑t‑elle comme une bérézina sénatoriale ? Les sénatoriales de septembre laissent envisager un renversement de la majorité, et une passation à droite. Cette réforme territoriale risque de couter à la gauche la perte du sénat.

Crédit photo : Parti socialiste, via Flickr, (cc).