Christine Boutin admet que traiter l’homosexualité d’ »abomination » était « maladroit »