Pour Gilles Kepel, la gauche a perdu des votants chez les immigrés