Municipales : Bérézina de la gauche, ancrage local de la droite nationale

Municipales : Bérézina de la gauche, ancrage local de la droite nationale

31/03/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Après un premier tour assez net au second tour des élections municipales, c’est une défaite très brutale qui se confirme pour le parti socialiste. La gauche subit des Bérézina dans la plupart des villes de France. Ainsi, la grande majorité des Français a décidé de sanctionner la politique de François Hollande en votant pour des candidats UMP, Front national et divers droite (photo en une : Robert Ménard nouveau maire de Béziers). Le basculement à droite est plus que significatif et semble dépasser par son ampleur celui de 1983. Aujourd’hui nous pouvons donc affirmer que la France est à droite… toutes les droites !

La seconde spécificité de cette élection, c’est l’abstention. Ce sont près de 37 % des électeurs qui ont décidé de ne pas se rendre dans leur bureau de vote. Le message est clair, les Français croient de moins en moins à la politique en général et aux partis majoritaires en particulier.

Plus concrètement, que s’est‑il passé dans les villes françaises ?

Toulouse, Tourcoing, Roubaix, Reims, Quimper, Angers, Nevers, Saint‑Etienne, Pau, Belfort, Ajaccio, Caen, Montbéliard, Valence, Maurepas, Evreux, Roanne, Bar‑le‑Duc, Chambéry, Amiens, La Roche‑sur‑Yon, ou encore Brive‑la‑Gaillarde… On ne compte pas les grandes villes à avoir renvoyé l’équipe socialiste sortante. A Limoges, c’est la première fois depuis 1912 que la gauche n’a plus le pouvoir. A Montbéliard, la liste de Moscovici essuie une cuisante défaite. La gauche se maintient quand même dans ses fiefs de Paris, Lyon, Lille, Nantes et Strasbourg. Enfin, la ville de Grenoble est passée du PS aux Verts.

Les premières réactions à l’annonce des résultats

Sur la sellette, Jean‑Marc Ayrault a pris la parole pour confirmer les grands axes de la politique gouvernementale en affirmant qu’il ferait preuve d’une meilleure pédagogie ! Alain Juppé, lui, a commencé la soirée électorale en se félicitant que le Front national n’ait pas gagné les élections dans plus de villes, précédant un cortège de déclarations anti‑FN. Enfin, les représentants du gouvernement ont asséné toute la soirée les mêmes messages : « la politique du gouvernement doit être continuée », « le danger, c’est le Front national dont les idées sont banalisées par la droite », ou encore « c’est normal de perdre les élections à mi‑mandat ». Bref, aucune remise en question. Les électeurs trancheront lors des élections européennes qui approchent.

La droite nationale réussit son pari d’ancrage local

 L’UMP parade, mais le Front national est aussi l’un des grands vainqueurs de ces élections municipales ?

Hénin‑Beaumont avait été conquise au premier tour. Au second tour, les candidats soutenus par le Rassemblement Bleu Marine ont transformé l’essai et remportent ainsi les villes de Fréjus, Le Luc, Beaucaire, Cogolin, Hayange ou encore Villers‑Cotterêts. A Béziers, Robert Ménard, remporte une large victoire. A Mantes‑la‑Ville, dans les Yvelines, le Front national remporte encore une belle victoire qui a dû ravir Jean‑Marie Le Pen.

Enfin, l’un des succès les plus importants de la droite nationale est réalisé à Marseille : si Gaudin est réélu à la tête de la Ville, le frontiste Stéphane Ravier gagne la mairie du VIIe secteur de la cité phocéenne, le plus peuplé de la ville avec 150.000 habitants ! Au conseil de Marseille, le Front national devient ainsi la deuxième force politique avec vingt‑et‑un élus, et passe devant le Parti socialiste. Il convient encore de noter, pour la Ligue du Sud, la réélection de Madame Bompard à Bollène, une semaine après son époux à Orange.

Contre la droite nationale, le système aura usé d’armes diverses et variées…

Politiciens de l’UMPS, professionnels de l’antiracisme, bobos de l’intelligentsia, chacun y aura été de son sourcil froncé et de sa voix chevrotante pour contrer la montée du FN. L’Union des étudiants juifs de France a ainsi, durant l’entre‑deux‑tours, mené une campagne anti‑Front national dans plusieurs villes. D’Olivier Py et ses ridicules menaces sur Avignon jusqu’à l’ancienne favorite du président, Valérie Trierweiler, qui s’inquiétait « du danger FN » : la caste bobo parisianiste a joué à se faire peur.

Dans plusieurs villes, le pseudo « Front républicain » n’a pas pu fonctionner ; dans d’autres, l’UMPS s’est réuni pour faire battre de toutes ses forces les candidats de la droite nationale — ce qui explique les défaites de Florian Philippot, Louis Aliot ou Gilbert Collard. Et à Fréjus et Beaucaire, dès hier soir, des voyous faisaient une démonstration de force contre la démocratie…

Sur les plateaux de télévision, hier soir, les éléments de langage n’étaient pas les mêmes selon qu’on évoquait l’UMPS ou le FN…

Des expressions comme « le FN est en embuscade », ou « le FN guigne cette ville » ont été employées par les journalistes. En revanche, l’UMP et le PS, eux, ne guignaient jamais des villes, ils ambitionnaient de les conquérir. Sémantiquement, la nuance est importante. France 3 a été jusqu’à parler de « soulagement » à Perpignan après la défaite de Louis Aliot… Il est à parier que jusqu’aux Européennes, diabolisation et traitement de défaveur seront à l’ordre du jour pour le Front national de la part du système et de ses valets médiatiques…

Crédit photo : Philippe leroyer, via Flickr, (cc).