Le Free Fight, considéré comme « barbare » par le ministère des Sports, veut sortir des caves