Pour Jean-Claude Gaudin, ses adversaires sont des “pieds nickelés”