Municipales 2014 : la boite à distribuer des baffes par Raoul Fougax

Municipales 2014 : la boite à distribuer des baffes, par Raoul Fougax

Les médias ont encensé le parti exécré. Ils ont fait des municipales un triomphe du FN. Comme quoi aucun barrage ne résiste au tsunami des faits et de la réalité. Ce parti qui ne s’est présenté que devant 30 % des électeurs et qui a totalisé sur le plan national  autour de 5 % des suffrages (la république et la démocratie pourtant en danger ?) est le vainqueur incontesté d’une élection qui s’est transformée en machine à distribuer des baffes.

Le parti socialiste, assimilé à juste titre au pouvoir, a connu lui une défaite non pas locale, mais nationale.  Un grand nombre de ses électeurs s’est abstenu ou a voté pour la gauche de la gauche et parfois pour le Front national. L’abstention marque le désaveu de l’électorat de gauche vis-à-vis de Hollande et d’Ayrault. Ce dernier n’a pas perdu une mairie, il a perdu Matignon, il a perdu la partie. Le président face à la débâcle municipale est plus affaibli que jamais. Il va donc changer de gouvernement car s’il attend les européennes, il devra sans doute dissoudre.

Pour la première fois donc et cela a été le vote le plus médiatisé, un maire FN est élu dés le premier tour à Hénin-Beaumont, ville symbole du combat électoral du FN. Le FN, partout, fait mieux que ses espérances et place des personnalités fortes en tête le journaliste Robert Ménard ou l’avocat Gilbert Collard, mais aussi de jeunes inconnus dans de nombreuses villes.

Pour l’Ump, le recul du Ps promet de nombreux succès au second tour, même si la vague bleue est contrariée par la vague bleue marine. Ce qui est sûr, c’est que les affaires montées en épingle pour détourner l’attention du bilan gouvernemental a fait pschitt et que sans doute l’électorat de droite s’est senti mobilisé par  l’acharnement contre Sarkozy et la riposte très vive de ce dernier. Alain Juppé est couronné duc d’aquitaine et chef des girondins, et François Bayrou au bord des larmes a rallié de nouveau autour de son panache – assez peu blanc – l’Ump.

La gauche a perdu également ses trompes couillons qui devaient camoufler sa défaite. A Marseille le Ps reçoit une raclée mémorable et le Fn est même devant. A Paris la ville restera sans doute à gauche certainement mais NKM est devant Hidalgo. C’est un choc pour la gauche des bobos et des cultureux, pour cet insupportable St-Germain croyant représenter l’intelligence de la France. Pour ces deux villes, le commentaire des journalistes globalement assez verts dimanche soir était «  contre toute attente », ce qu’il faut traduire « contrairement à ce que nous vous avions annoncé pour que vos votes correspondent à nos choix politiques. »

Et voila les autres vaincus, le système composé de journalistes qui s’appuyant sur des sondeurs a tout fait pour manipuler les citoyens. Jusqu’au dernier moment les sondeurs, qui  mécontentent rarement ceux qui les financent, ont donné Steeve Briois battu au deuxième tour, NKM écrasée et la gauche en possibilité très forte de gagner Marseille. Jusqu’au dernier moment, alors que la campagne était terminée, la presse a monté en épingle un sms du candidat frontiste de Perpignan ayant traité une journaliste de «  pute ». Il arrive en tête du premier tour. Briois a rappelé en direct les campagnes de BFM contre lui et des sondages annonçant son échec.

La caste des faiseurs d’opinion, des manipulateurs des citoyens téléspectateurs et auditeurs est sans doute l’un des grand perdants de ces municipales. Mais à chaque déroute électorale, ils continuent  ensuite en toute impunité leur sale métier de désinformateurs engagés. Heureusement, on les écoute de moins en moins, mieux ils motivent les électeurs à leur donner tort.

Il suffisait de voir  leurs mines allongés, renfrognés comme une Najat Vallaud-Belkacem. Il faudra vous y faire. Les Français se sont libérés des interdits, des tabous, des menaces et des excommunications morales et journalistiques. Et ce n’est qu’un début.

Vous avez aimé les municipales, vous adorerez les européennes.

Raoul Fougax

Source : Metamag.

Crédit photo : deneux_jacques, via Flickr, (cc).