Embastillement des opposants au mariage homosexuel : saison II

Embastillement des opposants au mariage homosexuel : saison II

Honoré Daumier, “L’avocat”, via Wikipédia (cc).

13/03/2014 – LYON (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Mardi 11 mars, un partisan du mouvement d’opposition à la loi Taubira portant en partie sur le mariage homosexuel, la Manif pour tous, prénommé Maxime, a été condamné en cour d’appel. Aux ordres du pouvoir, la Chancellerie avait contesté un jugement trop clément à son goût, faute de prison ferme.

Pourquoi le parquet a‑t‑il fait appel de la première condamnation ?

En première instance, Maxime a été condamné au double des réquisitions du procureur. C’est déjà une chose très rare. Mais le parquet n’a pas été satisfait d’un succès si éclatant. Pourquoi ? Assurément parce que c’est un procès politique.

Qu’est‑ce qui est reproché au militant ?

Maxime, soutenu par Solidarité pour tous, reconnaît avoir été turbulent, dans un climat de violence généré par les forces de l’ordre. Mais il dément avoir frappé un policier et une journaliste. Le policier et la jeune journaliste n’ont pas eu un seul jour d’ITT. En bref, ils n’ont eu aucun mal à se remettre de ce qui n’était tout au plus qu’un bleu, ou une égratignure.

Quelle est la peine imposée à Maxime ?

Le militant, apprenti frigoriste de son état, écope de dix‑huit mois de prison, dont six ferme, et doit payer une amende de 10.000 €. Contrairement à son prédécesseur Nicolas Buss, il n’a heureusement pas fait l’objet d’un mandat de dépôt. Une page de soutien sur le réseau social Facebook a eu très vite un grand succès, avec déjà plusieurs milliers de pouces levés.

A noter que le CARP (Collectif des avocats contre la répression policière) et le Printemps Français organisent une manifestation de défense des libertés publiques mardi 18 mars à 19h30 place du Trocadero à Paris.