Dans le cyber, l’Ukraine n’est peut-être pas la Géorgie