Paris dernier allié du Qatar – Cordon sanitaire contre les financiers des islamistes radicaux

François Hollande et le Premier ministre de l’émirat, Hamad ben Jassem al-Thani

La France a du mal à admettre la réalité. Le Qatar est un pays dangereux qui finance partout l’islam le plus rétrograde. Même la féodale Arabie saoudite le dit et les monarchies du golfe suivent.

L’ancien émir qui a participé, aux cotés de Sarkozy, au défilé du 14 juillet (excusez du peu) a été remplacé par son fils à la tête de l’émirat qui possède le PSG et prépare le mondial de football de la canicule, mais cela n’a pas changé grand-chose. C’est une guerre diplomatique absolument sans précédent et au grand jour que se livrent quatre des six monarchies arabes du Golfe : l’Arabie Saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis d’un côté, le Qatar de l’autre.

L’émir du Qatar reçu à l’Elysée par Nicolas Sarkozy

Officiellement, il est reproché à Doha ses ingérences dans les affaires de ses voisins et son soutien actif aux islamistes. Comprendre par là la confrérie des Frères musulmans que Riyad a toujours perçue comme une importante menace pour la stabilité du pouvoir des Al Saoud. Parmi leurs griefs, figure aussi «la large coordination que mène le Qatar avec la Turquie, aux dépens des autres monarchies du Golfe» sur le conflit en Syrie notamment, Ankara étant redouté pour ses ambitions régionales.

En outre, le Qatar s’est rangé ouvertement du côté des Frères musulmans qui ont perdu le pouvoir en Egypte, tandis que les trois autres pays ont apporté un soutien massif, tant politique que financier, au nouveau pouvoir égyptien. Bien décidés à dépasser cette fois le stade de la simple dénonciation, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes unis et le Bahreïn ont ainsi pris la résolution de rappeler leurs ambassadeurs respectifs au Qatar. D’après des médias locaux, cette décision a été annoncée au lendemain d’une réunion «houleuse» des ministres des Affaires étrangères à Riyad.

Ce n’est pas la première fois que des tensions apparaissent, avec, d’un côté, l’Arabie saoudite et les pays qui lui sont proches ou très proches, les Emirats arabes unis et le Bahrein, et de l’autre, le Qatar, dont la diplomatie souvent agressive et sa politique ouvertement favorable aux Frères musulmans dans la région n’est pas du goût de Riyad. Mais c’est la première fois qu’une crise prend une telle ampleur. Une crise d’envergure entre ces quatre alliés des Etats-Unis, dont deux, Qatar et Bahrein, accueillent des bases américaines importantes, risque d’avoir des conséquences sur toute la région, y compris sur la crise syrienne où Riyad et Doha sont en rivalité sur le leadership de la rébellion armée.

Le communiqué signé par l’Arabie Saoudite, les Emirats arabes unis et le Bahreïn insiste d’ailleurs sur l’idée qu’en dépit de l’engagement de cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, lors d’un mini-sommet avec l’émir du Koweït et le roi d’Arabie à Riyad en novembre, à respecter ces principes, son pays ne l’a pas fait. Ce mini-sommet, organisé à l’initiative de l’émir du Koweït, cheikh Sabah Al Ahmad Al-Sabah, était destiné, entre autres, à surmonter le profond désaccord entre Doha d’une part et Riyad, Abu Dhabi et Manama de l’autre sur la conduite à suivre face au nouveau pouvoir installé par l’armée en Egypte en juillet 2013 après l’éviction du président islamiste Mohamed Morsi.

Le refus d’obtempérer de Doha laisse penser que la vieille garde est toujours active au Qatar. Si ce constat se vérifie, il ne serait alors pas surprenant de voir Riyad, Abu Dhabi et Manama exercer d’autres pressions sur le Qatar pour amener ses dirigeants à changer de politique. Jusqu’où cela pourrait-il aller ?

Le président américain Barak Obama aurait, d’après des sources bien informées en Jordanie, signifié aux autorités saoudiennes que le Qatar était une ligne infranchissable dans le dispositif américain dans le Golfe. Cette réaction fait suite aux appréhensions dont a fait part le prince Tamim au secrétaire d’Etat américain John Kerry. Le jeune dirigeant qatari s’est plaint de menaces directes qu’il aurait reçues de la monarchie saoudienne d’envahir son pays….. Le Qatar n’a pas oublié l’intervention militaire de Ryad au Bahreïn dans l’indifférence générale de l’opinion internationale.

Jean Bonnevey

Crédit photos : DR.

Source : Metamag.