Dans l’Ouest ukrainien, les minorités craignent d’être rattrapées par le conflit