La fable du “président normal”