Les Grands Entretiens de Novopress - Piero San Giorgio : "L’anthropologie montre que l’homme est un animal social" (2/2)

Les Grands Entretiens de Novopress – Piero San Giorgio : “L’anthropologie montre que l’homme est un animal social” (2/2)

28/02/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ancien cadre supérieur puis entrepreneur dans le secteur des nouvelles technologies, Piero San Giorgio a fait une arrivée éditoriale remarquée à l’automne 2011 avec la publication de son premier ouvrage “Survivre à l’effondrement économique”. Le titre, qui a remporté un grand succès, a fortement contribué au développement des préoccupations survivalistes et à leur couverture médiatique. Après un deuxième titre “Rues Barbares, survivre en ville” publié en décembre 2012, Piero San Giorgio vient de débuter il y a quelques jours une nouvelle expérience. Nous l’avons rencontré.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Venons-en maintenant à la préparation concrète. J’ai pris conscience de la gravité de la situation actuelle, de la fragilité du système auquel je suis relié et je souhaite me préparer, retrouver une certaine autonomie, par où commencer ?

La prise de conscience est déjà une grande étape. Après, pas besoin de voir grand, de planifier des stratégies très complexes. L’important est de démarrer, quitte à ce que ce soit à petits pas. J’explique dans mes livres qu’une bonne approche est celle qui est équilibrée entre les sept grands points que sont l’autonomie et la préparation pour l’eau, la nourriture, l’hygiène et la santé, l’énergie, la connaissance, la défense et le lien social. Beaucoup de choses peuvent se préparer chez-soi, par soi-même, en lisant, en prenant connaissance de techniques et d’outils et en faisant l’acquisition d’un peu de matériel et de réserves. Dans « Rues Barbares » nous donnons la marche à suivre sur comment démarrer en 30 jours, et à petit budget !

Il n’y a cependant pas de préparation efficace sans changement des modes de vie, vouloir retrouver son autonomie passe donc inévitablement par diminuer ses besoins et revoir son rapport au monde ?

C’est la démarche idéale oui. Une réelle prise de conscience nécessite des changements. Toutefois, ces changements peuvent ne pas être radicaux. Pas besoin de vivre avec des chèvres dans le Larzac, pas besoin de se faire construire un abri antiatomique.

L’équilibre est essentiel. Equilibre dans son travail, entre ses besoins de revenus et ses aspirations personnelles, entre désir d’indépendance et le confort qu’offrent les systèmes d’infrastructure de la civilisation, entre désir de vie saine et d’harmonie avec la nature et l’environnement et nos désirs de consommateurs. Tout cela peut se faire progressivement, petit à petit, sans frénésie et sans panique. Le résultat est au final des besoins plus modestes et plus de bonheur, comme en témoignent de nombreuses personnes et comme c’est le cas pour moi.

Vous insistez dans Rues barbares sur le fait que l’environnement urbain est particulièrement inadapté aux situations de crise et à la recherche d’autonomie. Dès que cela est possible, il faut donc s’installer en campagne ?

Certainement ! Les Romains avaient déjà théorisé qu’une ville de plus de 30 000 habitants n’était plus viable. La campagne comporte beaucoup d’avantages – eau, nourriture, lien social, défense – mais aussi des inconvénients – moins de métiers possibles, moins de soins médicaux, un certain isolement social. Mais on voit que pendant les grandes crises, comme pendant l’Occupation en France, ce sont les habitants de campagnes qui s’en sortent le mieux. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de s’en sortir en ville, simplement cela est plus difficile et demande une préparation un peu différente. L’étude de crises urbaines, comme l’accident chimique de Bhopal, l’ouragan Katrina ou Sandy, les sièges de Leningrad, Stalingrad, Berlin ou Sarajevo nous donnent de bons indices sur ce qui est le plus important à faire.

Lorsque l’on découvre le prepping, une tentation peut être de travailler en tous sens et de déséquilibrer notre préparation, ce qui est un réel danger. Que conseillez-vous pour y remédier ?

C’est là, modestement, la grande valeur de ces livres : structurer la démarche dans quelque chose de cohérent et d’équilibré. Parfois des gens s’arment jusqu’aux dents mais n’ont pas une bouteille d’eau chez eux. D’autres se dévouent corps et âme à leur potager ou à tisser des liens sociaux et altruistes très forts, mais ne savent pas ou ne veulent pas se défendre. Il faut de la réflexion, de la méthode, de l’équilibre et faire toute chose avec calme. Il faut également, ce qui peut paraître paradoxal dans ces cas de figure un peu anxiogènes, de la sérénité.

L’auto-suffisance semble être une utopie, elle pourrait également faire croire que l’on peut vivre sans l’aide de la communauté, qu’en est-il réellement ?

L’anthropologie montre que l’homme est un animal social et ce, depuis des millions d’années. Nous n’existons pas naturellement en tant qu’individus. Nous n’existons qu’en groupe, en clan, en tribu, en ethnie. On peut le regretter, mais c’est comme ça. C’est bien pour cela que, à long terme, toute tentative d’autosuffisance doit s’inscrire, dans un cadre d’une communauté – la famille, le village, le quartier, le clan, la nation. Etant citoyen suisse, j’espère que mon pays, pourra mettre en place les mesures nécessaires pour devenir ce que j’appelle une Base autonome durable dans son entièreté. Ce concept, qui est valable pour un individu, pour une famille, pour un groupe, peut l’être pour une ntion.

Comment faire participer toute la famille (conjoint et enfants) à la recherche d’autonomie, sans faire peser un climat anxiogène ?

Comme pour tout ce qui est anxiogène dans la vie (départs en vacances, courses du samedi, perte d’un emploi, décès d’un proche) : avec pédagogie, tact, humour, et même de manière ludique. Encore une fois, le maître-mot est équilibre.

Pour conclure, quel message souhaitez-vous transmettre à ceux qui seraient découragés par l’ampleur de la tâche ?
La tâche peut sembler ardue et vaste, mais ce qui compte c’est de s’y mettre, petit-à-petit. Etre prêt à 1% est déjà infiniment mieux que ne pas être prêt du tout. En réalité, avec un petit budget et un petit effort on peut déjà faire énormément pour prévenir les effets de la plupart des crises.

Au-delà de mes livres, de nombreux Etats ont d’ailleurs des sites d’information où ils indiquent ce que les citoyens peuvent faire pour se préparer. Même nos gouvernements sont survivalistes !

Piero San Giorgio, merci !

Crédit photo : DR

Pour retrouver la première partie de l’entretien