Un viticulteur risque la prison pour avoir refusé de polluer

Un viticulteur risque la prison pour avoir refusé de polluer

17/02/2014 – DIJON (NOVOpress) – Un viticulteur bourguignon, Emmanuel Giboulot, exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique. Le 24 février prochain, il passera devant un tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un pesticide dangereux sur sa vigne. Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 30.000 € d’amende.

Comment en est-il arrivé là ? En juin 2013, le préfet de Côte d’Or prend un arrêté pour contrer une hypothétique épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, transportée par un petit insecte, la cicadelle. Cet arrêté prévoit l’usage d’un pesticide extrêmement nocif, puisque tuant toutes sortes d’insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites et bien évidemment les abeilles, dont les colonies disparaissent de manière inquiétante.

Emmanuel Giboulot opte alors pour une solution plus respectueuse des équilibres biologiques, car il existe des traitements naturels bien connus des vignerons et très efficaces. Il faut savoir que l’agriculture biologique se caractérise par l’absence d’usage de produits chimiques de synthèse, se voulant le prolongement d’une l’agriculture traditionnelle et ancestrale à l’opposé de l’agriculture intensive. De nombreux vignerons et viticulteurs sont ainsi passés en “bio” et produisent des vins réputés dans le monde entier. Mal en a pris à Emmanuel Giboulot : fin juillet, suite à la dénonciation d’un inspecteur de la direction régionale de l’Agriculture, il est mis en examen comme un vulgaire criminel.

Une déclaration de soutien est alors lancée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle et recueille à ce jour plus de 75000 signatures, invitant non seulement les internautes à soutenir publiquement Emmanuel Giboulot, mais à soutenir toutes les initiatives visant à privilégier l’usage d’alternatives naturelles plutôt que des produits de synthèse.

Pour apporter, vous aussi, votre signature à la déclaration de soutien, cliquez ici.

Crédit photo : damienroue via Flickr (cc)