Retour sur le débat qui s’est déroulé dans l’émission « ça vous regarde » sur LCP le mercredi 12 février 2014

Intégration ? Retour sur le débat qui s’est déroulé dans l’émission « ça vous regarde » sur LCP

15/02/2014 – PARIS (NOVOpress) – Après la publication en décembre 2013 d’un rapport sur l’intégration, Jean-Marc Ayrault a réuni le mardi 11 février 2014 ses ministres pour évoquer la suite à donner à ce rapport jugé par l’opposition de rapport de « désintégration de la nation ». Le premier ministre a présenté sa « feuille de route » et a annoncé la création d’une « instance de coordination » pour mener ce débat.

Ainsi, LCP recevait le mardi 12 février 2014 : Alexis Bachelay, député PS des Hauts-de-Seine, Béligh Nabli, directeur de recherche à l’IRIS et maitre de conférences à Sciences-po, Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP et co-fondateur de la droite forte et Malika Sorel-Sutter, essayiste et ancienne membre du Haut Conseil à l’Intégration.

Face à Alexis Bachelay, si prompt à défendre le « Vivre Ensemble », Guillaume Peltier et Malika Sorel-Sutter se sont montrés particulièrement offensifs et constructifs. Pour Guillaume Peltier, « ce n’est pas à la France de s’adapter aux étrangers, c’est aux étrangers de s’adapter à la France » et « plutôt que de mettre à l’honneur les sans-papiers, il vaut mieux mettre à l’honneur ceux qui réussissent ». Malika Sorel-Sutter a déploré quant à elle que ce rapport s’appuie sur le postulat que les Français sont racistes, et elle craint une « libanisation de la société Française » avec un tel rapport qui met à l’honneur le communautarisme.

L’intervention de Guillaume Peltier a du plaire aux militants de l’UMP, mais ils sont en droit aussi de s’interroger parfois sur son double discours, très proche des idées du FN en matière d’immigration et d’identité, mais qui par ailleurs va soutenir des candidats UMP qui font la part belle au communautarisme en aidant la construction de mosquées, comme à Nîmes par exemple.

Dès lors, comment être crédible vis-à-vis des militants de l’UMP qui attendent un discours ferme, mais aussi des actes fermes, et qui préfèreront peut être choisir l’original à la copie lors des prochaines échéances électorales, comme le montre ce récent sondage sur la progression du Front National où 44 % des sympathisants UMP sont d’accord avec les idées du Front National.