Faits et Documents n°371 du 15 au 28 février 2014 – Portrait : Aquilino Morelle

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 au 28 février 2014 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait de Aquilino Morelle. Extrait.

Tout nouvellement nommé à la direction du service de presse de l’Élysée, Aquilino Morelle était jusqu’alors à la fois le conseiller politique et la « plume » de François Hollande, ayant remplacé son ami Henri Guaino qui occupait les mêmes fonctions auprès de Nicolas Sarközy. Fort de ses certitudes (« je ne serai jamais un bourgeois »), ce membre de la French American Foundation est parfaitement emblématique de cette nouvelle classe de grands serviteurs boboïsés de l’hyper-classe mondialisée. Introduit dans tous les réseaux, cet esthète qui se pique d’art contemporain a été marié à la journaliste-vedette de RTL Elizabeth Martichoux avant de se remarier avec Laurence Engel, membre du Siècle et, directrice de cabinet d’Aurélie Filippetti et administratrice du Musée d’art et d’histoire du judaïsme.


« Aquilino Morelle milite pour lui. Il a quitté la voie rapide qui mène à la vie du grand patron de médecine pour celle qui conduit aux commandes de l’État […] Il transpire à ce point d’énergie qu’il tape dans l’oeil de son prof à Sciences-Po, le sociologue Gérard Vincent : “Vous êtes un sursocialisé anticipatoire de la sphère inférieure” […] Un homme qui singe ceux qu’il voulait rejoindre ? Il s’en défend. “Je vis comme un bourgeois mais je ne ferai jamais partie de la bourgeoisie. Mes enfants peut-être mais moi jamais. Il me reste l’essentiel, l’éducation, les souvenirs. J’ai une conscience de classe.” […] Cet accordeur jospiniste ne fait pas comme le joueur de flûteau de Brassens qui refusait les blasons que lui offrait le seigneur, de peur de voir son âme gonfler. Lui collectionne les distinctions, les colères, les impatiences, les bouffées narcissiques. » Libération, 9 novembre 1999.

Faits et Documents n°371 du 15 au 28 février 2014 - Portrait : Aquilino Morelle

Faits et Documents n°371 du 15 au 28 février 2014 – Portrait : Aquilino Morelle

« Un “Gómez” de l’Élysée. »
El Pais, 6 novembre 2013.

« Il est aujourd’hui une pièce maîtresse du dispositif élyséen : de gauche, foncièrement de gauche, plus à gauche que le président, il est à la fois son conseiller politique, sa plume – dix ans après avoir été celle de Lionel Jospin à Matignon – et son porte-parole officieux. »
Les Échos, 16 janvier 2013.

« La “lumière”, il lui arrive aussi de la chercher, lui qui dissèque les sondages et rédige des notes de synthèse, planche sur certains discours et les “éléments de langage” pour les conférences de presse et autres prestations télévisées, organise à l’Élysée déjeuners et rendez-vous avec des intellectuels comme Pierre Rosanvallon, Antoine Compagnon, Jacques Julliard, Paul Thibaud, Emmanuel Todd ou Marcel Gauchet. »
Le Monde, 20 juin 2013.

Aquilino Gabriel Morelle Suárez est né le 5 juin 1962 à Paris IVe. Issu d’un milieu modeste, il est un pur produit de la méritocratie républicaine. Sixième d’une famille de sept enfants (il est l’aîné des fils et porte le prénom de son père), il est le fils d’immigrés espagnoles antifranquistes « viscéralement de gauche ». De tous ses frères et soeurs, il est le premier né en France et le seul à avoir poursuivi de longues études. Ce descendant de quatre branches d’Asturiens est donc le fils d’Achille Morelle Coto, affûteur aux usines Citroën de Nanterre et d’Hélène Suárez-Cimadevilla, une femme au foyer. Aquilino Morelle a donc grandi dans une petite maison ouvrière des hauteurs de Belleville, un quartier aujourd’hui très largement boboïsé. Sur son éducation, Aquilino Morelle expliquait à El Pais : « Nous avons été élevés dans une logique d’assimilation totale, sans nostalgie de l’Espagne, et avec l’idée que nous devions être plus français que les Français, et je me suis dévoué corps et âme à cette idée ».
Il est divorcé de la journaliste Elizabeth Martichoux avec qui il a deux enfants Louis et Antoine, qui, après avoir présenté RTL-Midi, est devenue chef du service politique de la station. Il a rencontré sa seconde compagne, Laurence Engel, à l’ENA (ils sont issus de la même promotion). Magistrat à la Cour des comptes, née le 17 septembre 1966 à Paris XIIe, elle est la fille de Charles Engel, commerçant, et d’Elyane Bygoum. Passée par les lycées Charlemagne et Henri IV, cette titulaire d’une maîtrise de lettres et diplômée de Sciences-Po Paris est une ancienne élève de Normale Sup (Fontenay-aux-Roses). Cette énarque (promotion Condorcet, 1990-1992) débutera comme auditeur à la Cour des comptes (1992). Secrétaire générale adjointe de l’Institut des hautes études sur la justice (1997-1998), puis directrice du cabinet du président de La Cinquième-Arte Jérôme Clément, (…)

Lire la suite : abonnez-vous à Faits & Documents, Lettre d’informations confidentielles d’Emmanuel Ratier – Abonnements France métropolitaine : 78 euros / an. Abonnements étranger et outre mer : 93 euros / an. En savoir plus : www.faitsetdocuments.com
Crédit photo : stevendutartre via Flickr (cc)