Alain Finkielkraut : « Une partie de la gauche a perdu la raison et la mémoire »