Retour sur la Manif pour tous du 2 février

Retour sur la Manif pour tous du 2 février

09/02/2014 – PARIS (NOVOpress) – Nous avons reçu ce texte d’un élu, Franck Guiot, habitué des cortèges contestataires des derniers mois. Participant à toutes les « Manif pour tous » de l’année 2013, présent au « Jour de colère » du 26 janvier, il était également dans la rue le 2 février. Une semaine après la première « Manif pour tous » de l’année 2014, nous avons pensé qu’il serait pertinent de publier son témoignage.


Changement de temps radical par rapport à dimanche dernier lors du Jour de colère, changement de foule aussi, avec des familles venues en nombre avec leurs enfants pour s’opposer à la politique anti-familiale du gouvernement Hollande et à la “théorie du genre” que veut imposer de façon totalitaire Vincent Peillon dans nos écoles.

Je suis arrivé à 12h30 au point de rendez-vous des élus auquel nous étions conviés par les organisateurs de la Manif pour tous : beaucoup d’élus régionaux et de maires venus de toute la France, des élus UMP tels Philippe Gosselin ou encore Claude Goasguen, Christine Boutin était présente également dans le cortège, ainsi que Marion Maréchal Le Pen et Wallerand de Saint Just, candidat FN à la mairie de Paris. La presse s’est vite empressée d’affirmer que Marion Le Pen ne faisait pas partie du cortège des élus : c’est évidemment totalement faux, tous les élus étant rassemblés en tête de cortège au moment du départ.

Retour sur la Manif pour tous du 2 février

Retour sur la Manif pour tous du 2 février

Le cortège a donc remonté l’avenue Bosquet sous le soleil jusqu’à la Seine. Les ponts de Paris étaient protégés par d’impressionnants barrages policiers et des barrages anti-émeutes, comme si nous étions en état de siège. Au moment de longer la Seine, nous avons marché en silence pour protester contre l’aveuglement du gouvernement à ne pas entendre les revendications des familles françaises, mais aussi pour dénoncer les mises en garde – menaces déguisées – des responsables socialistes à l’encontre des manifestants. Quel mépris de la part de ces élites bien loin du peuple qui défilait pacifiquement dans la rue.

En reprenant le boulevard Raspail en direction de Denfert-Rochereau, les slogans « Hollande, tes lois on n’en veut pas » on repris haut et fort.

Henri Guaino nous a rejoint en milieu de cortège pour expliquer qu’il s’associait aux manifestants pacifiques pour défendre la famille.

Les Hommen étaient aussi de la partie en déployant une grande banderole « Hollande Kills Familly » le long du parcours ; la foule a alors entonné de nombreux « Hollande démission » pour applaudir l’action courageuse des Hommen.

Arrivés place Denfert-Rochereau, bien trop petite pour accueillir les quelques 500.000 personnes présentes, les discours ont eu lieu sur le podium. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le plus grand calme à l’issue de ces discours, aucun débordement – pourtant souhaité par Manuel Valls – n’a eu lieu !

Cette manifestation très réussie marque la continuité d’une contestation qui s’amplifie à un mois des élections municipales. D’abord par le « Jour de colère » le 26 janvier, puis par cette énorme élan de solidarité du peuple français le 2 février. A noter les dérapages de militants socialistes et UMP sur Twitter, d’un côté Bruno Julliard (PS) affichant un message appelant à tuer les manifestants, de l’autre des militants UMP assimilant la Manif pour tous à une « France raciste » (sic).

Faisons maintenant passer les slogans de la rue dans les urnes lors des futures échéances électorales !

Crédit photos : anfad via Flickr (cc)