L’UE va dépenser des millions pour contrôler et cibler les médias alternatifs

L’UE va dépenser des millions pour contrôler et cibler les médias alternatifs

31/01/2014 – 15h05
BRUXELLES (NOVOpress) –
Le Daily Telegraph a eu accès à des documents confidentiels émanant des institutions européennes, projetant une vaste campagne de propagande sans précédent en amont et au cours des élections au Parlement européen en 2014.

Selon le Daily Telegraph, l’une des clés de la stratégie sera « les outils de contrôle de l’opinion publique » et d’« identifier très tôt si les débats politiques parmi les followers sur les réseaux sociaux et les blogs ont le potentiel de susciter l’intérêt des médias et des citoyens. »

Le budget pour une « analyse qualitative des médias » doit être augmenté de 2 millions d’euros. Alors que la plus grande partie des fonds doit être trouvée dans des budgets existants, il serait question de lever l’année prochaine près de 1 million d’euros supplémentaires, et cela malgré des appels pour que les dépenses de l’UE reflètent l’austérité nationale.

Toujours selon les documents que le Daily Telegraph s’est procuré, l’UE est censée porter une attention spéciale aux pays qui ont vécu un élan d’euro-scepticisme.

« Les communicants institutionnels du Parlement doivent avoir la capacité de contrôler les conversations publiques et le ressenti sur le terrain et en temps réel pour comprendre les « sujets à la mode » et pouvoir réagir vite, d’une façon ciblée et pertinente pour se joindre à la conversation et en influencer le cours, par exemple en fournissant des faits et des chiffres pour déconstruire les mythes. »

Le député leader du parti eurosceptique britannique UKIP, Paul Nuttall, a critiqué ces propositions. Selon lui la campagne transgresserait la neutralité de la fonction publique de l’UE en transformant les fonctionnaires en une « patrouille de trolls » épiant l’Internet pour réaliser des contributions politiques indésirables et superflues aux débats sur les réseaux sociaux. Nuttall a ainsi déclaré que « dépenser plus d’un million de livres pour que les fonctionnaires de l’UE deviennent des trolls sur Twitter pendant leurs heures de bureau est un gaspillage et c’est vraiment ridicule ». A part être ridicule, la campagne de propagande est la suite d’une tendance anti-démocratique et potentiellement dangereuse qui a été observée dans des états européens membres de l’OTAN depuis 2011.

Source : The Telegraph

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (cc)