Taddeï trop libre pour notre médiacratie. Va-t-on bientôt interner les dissidents ? Par Jean Ansar

Taddeï trop libre pour notre médiacratie. Va-t-on bientôt interner les dissidents ? Par Jean Ansar

Il ne suffit pas de proclamer que l’on est une démocratie de liberté pour que cela soit vrai. Encore faut-il le prouver. En France le régime socialiste ne cesse d’ailleurs de prouver le contraire. Si le président est social démocrate pour l’économie, pour les médias il est plutôt sur une ligne social-soviétique.

En effet un régime peut- il se considérer comme démocratique s’il n’accepte pas la dissidence. Hors en France, on étouffe aujourd’hui les voix de la dissidence comme c’était le cas hier en URSS. Les atteintes à la liberté de contestation seraient-elles à géométries géographiques et historiques variables. Ceux qui pensent mal sont exclus aujourd’hui en France avant peut-être d’être enfermés et ceux qui, au nom de la liberté d’expression, leurs donnaient encore la parole se voient interdits ou écartés.

Taddeï trop libre pour notre médiacratie. Va-t-on bientôt interner les dissidents ? Par Jean Ansar

Au nom de la liberté d’expression, Taddéi a été l’un des rares à inviter le philosophe de la Nouvelle Droite, Alain de Benoist dans une émission de grande écoute de la télévision française.

Voici un commentaire paru dans la presse algérienne: « Ainsi, après les gens du spectacle, c’est autour des journalistes d’être réduits au silence pour faire plaisir à un certain lobby connu des médias. Et le journaliste qui en fait les frais c’est Frédéric Taddeï, l’un des rares journalistes français qui osait encore inviter à la télévision des intellectuels controversés qui n’ont pas leur langue dans leur poche. Il vient d’être informé que son émission « Ce soir où jamais », qui passe sur France 2, allait être remplacée par un talk-show. » Le régime algérien n’a certes aucune leçon à donner mais sa presse est objectivement étonnamment libre.

France 2 aurait décidé de remplacer Frédéric Taddeï (photo en Une), le vendredi soir, par Alessandra Sublet. Alors que le journaliste a réalisé son record d’audience, la semaine dernière avec près de 1,3 million de téléspectateurs pour Ce soir ou jamais, la chaîne a décidé de remplacer son émission de deuxième partie de soirée, par le talk-show que prépare depuis plusieurs semaines, Alessandra Sublet. C’est un coup dur pour le journaliste que la chaîne avait déjà transféré de France 3 à France 2, et qui devrait désormais se retrouver le vendredi à minuit, à moins que France 2 ne lui trouve une autre tranche horaire.

C’est le site spécialisé du PAF (Paysage audiovisuel français), de Jean-Marc Morandini, qui a révélé l’info. Taddeï avait été attaqué récemment par un autre journaliste, Patrick Cohen, bête noire de Dieudonné, qui lui avait reproché d’inviter des «cerveaux malades»…. On se rapproche tout de même de la notion soviétique d’internement psychiatrique des dissidents non ? A quand des camps de rééducation ?

Taddeï a toujours répondu à ses détracteurs que son émission faisait partie d’un espace public payé par tous et où tout le monde avait droit à la parole du moment que les invités respectaient la loi française (quoi qu’on en pense par ailleurs) et ne s’adonnaient pas à la diffamation. Cette déontologie avait été saluée par le journal Le Monde…c’était avant l’affaire Dieudonné bien sûr qui a permis par l’hystérisation de faire reculer comme jamais la liberté.

Ce soir ou jamais, avait donc récemment doublé son audience lors de ce débat consacré à l’affaire Dieudonné. A la dernière minute, Frédéric Taddeï avait fait le choix d’inviter le sulfureux Marc-Edouard Nabe pour un livre qu’il va bientôt publier sur le sujet. Et pourtant son livre n’est pas favorable à la constellation Dieudonné. Contrairement à ses deux anciens compères, Nabe est un vrai solitaire. Il est aujourd’hui rejeté ET par le “système” ET par la “dissidence” du net. “Aujourd’hui après l’exploitation de la Shoah, il y a l’exploitation du 11 septembre” résume ainsi Nabe. Mais il y a la formule choc de cette interview : “ Ce n’est pas Valls qui a le pouvoir, il a juste l’autorité. Le VRAI pouvoir (sous-entendu : sur les esprits), c’est Dieudonné “.

Peu de temps après l’émission, Emilie Frèche a de nouveau attaqué l’animateur dans une interview à La Règle du jeu dans laquelle, elle déclarait qu’elle avait eu “le sentiment que Frédéric Taddeï disait aux racistes qu’ils auraient toujours droit de cité dans cette émission”. De la même manière, le chroniqueur Bruno Roger-Petit s’insurgeait sur le site du Plus (Nouvel Observateur) du ”spectacle sidérant offert” par Frédéric Taddeï. Selon lui, l’animateur de France 2 a posé Marc-Edouard Nabe en “autorité morale suprême” et a permis de le “blanchir en une intervention”. Les chiens de garde de l’antiracisme érigé en système d’un ordre moral autoritaire vont avoir sa peau.

Contacté par Le HuffPost, France 2 confirme “travailler avec Alessandra Sublet”, mais précise que “Frédéric Taddeï n’est pas déprogrammé et reste pour l’instant là où il est”. Même si la question de savoir si Ce soir (ou jamais!) est maintenue le vendredi soir à 22H30 reste en suspens. “Ils sont en plein travail, rien n’est rejeté, rien n’est affirmé. Mais Frédéric Taddeï sera bien sûr sur la chaîne”, a laconiquement répondu la direction de l’antenne.

Certains jubilent déjà mais les français eux peuvent-ils se réjouir de cette chasse aux dissidents et a la volonté de rétrécir l’espace de liberté la ou c’est possible. Il y avait déjà une police de la pensée il y a maintenant les inquisiteurs de la liberté d’expression. Notre médiacratie est totalitaire bien sur et aux mains de « gardiens des dogmes », la nouvelle preuve par Frédéric Taddeï.

Courage confrère.

Jean Ansar

Source : Metamag.

Crédit photo en Une : Siren-Com, via Wikipédia, (cc). Crédit photo dans le texte : DR.