Bordeaux : Le très à gauche Pierre Feuilly à la tête de l’AFP

Droit de réponse de Pierre Feuilly (AFP Bordeaux)

18/01/2014 – 10h15
PARIS (NOVOpress) – Suite à notre publication du 16 janvier 2014 intitulée « Bordeaux : Le très à gauche Pierre Feuilly à la tête de l’AFP » et reprise de notre confrère Infos-Bordeaux.fr, nous publions conformément à sa demande et à la législation le droit de réponse que M. Pierre Feuilly nous a adressé.

M. Fabrice Robert, directeur de publication de Novopress.Info,

À la suite de la publication sur votre site en ligne Novopress.Info d’un article mettant gravement en cause mon intégrité professionnelle de journaliste et reprenant mot pour mot un article du site en ligne Infos-Bordeaux, je vous demande, en application du décret 2007-1527 du 24 octobre 2007, de publier le droit de réponse suivant (droit de réponse aussi adressé à Infos-Bordeaux):

Sous le titre “Le très à gauche Pierre Feuilly à la tête de l’AFP”, vous avez publié sur votre site en ligne Novopress-Info, sans avoir pris le soin de m’interroger avant publication comme c’est la règle pour un organe de presse quand il met en cause une personne, une série de calomnies et de contre-vérités :

1) Je ne suis plus membre du Parti socialiste depuis 1982, soit depuis plus de 31 ans!

2) Si j’ai exercé dans le passé, jusqu’en 1982 au niveau national et jusqu’en 1983 à l’AFP, des responsabilités à la CGT, je n’ai jamais été secrétaire général du syndicat CGT des journalistes…

3) En tant que chef du service des Informations générales de l’AFP, de 1983 à 1997, avec des ministres de l’Intérieur très différents, de Gaston Defferre à Charles Pasqua, je n’ai jamais “consulté” ou “sollicité”, “officieusement” ou “officiellement”, des “amis flics”, la hiérarchie du ministère de l’Intérieur ou celle de la police nationale quant à la future embauche d’un journaliste par l’AFP ou quant à la nomination d’un journaliste au sein de l’AFP, y compris comme correspondant accrédité au ministère de l’Intérieur et, bien entendu, encore moins soumis son “questionnaire d’embauche”, un document auquel je n’ai jamais eu accès, l’embauche à l’AFP n’ayant jamais fait partie de mes responsabilités! Et reprendre sur ce sujet les calomnies d’un livre ne les transforme pas en vérité! De plus, vous ne pouvez pas ignorer que de telles affirmati
ons portent une grave et délibérée atteinte à l’honneur professionnel de tout journaliste!

4) Journaliste professionnel depuis 1966 — à l’ORTF (France-Inter), à la Radio-Télévision publique allemande ARD puis à l’AFP, depuis 1970 — mon travail parle pour moi en matière d’indépendance journalistique. Si vous vous étiez donné la peine d’interroger les confrères qui ont travaillé avec moi tout au long de ces 47 ans, vous en auriez recueilli le témoignage, que ce soit lors de la couverture pour l’AFP de l’attentat palestinien aux Jeux Olympiques de Munich en 1972, comme chef de son Service des Informations générales, comme Directeur de ses Bureaux de Berlin et de Vienne, et il en sera de même à son Bureau de Bordeaux !

Pierre Feuilly