L’Algérie, ce pays cher à nos cœurs, et à nos bourses

L’Algérie, ce pays cher à nos cœurs, et à nos bourses

17/01/2014 – 15h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Nous avons publié hier l’analyse de Bernard Lugan sur les rapports entre la politique intérieure algérienne et la nouvelle hospitalisation à Paris du président algérien Abdelaziz Bouteflika (photo), alors qu’il ne cesse de dénoncer, d’accuser et demander repentance à la France pour la colonisation de l’Algérie.

En France cette hospitalisation  (qui s’est terminée ce jeudi) soulève à nouveau un débat quant à la dette accumulée de la sécurité sociale algérienne vis-à-vis de notre pays, sécurité sociale algérienne qui est censée prendre en charge les opérations. Sa dette en France s’élève à trente-quatre millions d’euros. Les Français sont de plus nombreux à renoncer à se soigner faute de moyens, mais on n’exige pas le remboursement de la dette hospitalière de l’Algérie…

Il est vrai que notre système social est fort généreux avec l’Algérie. En 2013, les allocations familiales ont été étendues aux enfants de ressortissants algériens, même nés à l’étranger, tandis que baissent les allocations des familles françaises !

Une fois de plus les contribuables français en ont pour leur argent, comme s’il ne suffisait pas d’entretenir à hauteur de 20.000 € par mois (rien que pour ses collaborateurs à l’Elysée) notre chère première maîtresse de France, et financer les visites discrètes du président français à son autre maîtresse…

Crédit photo : Presidencia de la Nación Argentina, via Wikipédia, (cc).