Les sondages de tous les rejets : La défiance générale n’épargne plus personne

Les sondages de tous les rejets : La défiance générale n’épargne plus personne

Il parait qu’il n’y a pas de Système. Pour les français il y en a un et ils le rejettent totalement. Les journalistes et leurs amis politiciens ont beau s’agiter, le rejet monte. On fait tout pour qu’il ne débouche pas sur des transgressions de tabous. L’affaire Dieudonné en est une illustration.

Comment ne pas remarquer, alors que la presse avait salué la victoire de Valls et de sa stratégie d’homme fort de la république et de présidentiable acceptable de la gauche à la droite, qu’il perd 7 points. Ce n’est peut-être pas une quenelle, mais c’est une sacré gamelle. Les français n’ont pas apprécié l’utilisation d’une censure d’exception pour défendre la dignité et les libertés. La défiance est générale avec une déprime qui frôle le rejet violent. Voila ce que confirme un sondage annuel signé « Sciences po ».

Les Français n’ont plus confiance ni dans la droite, ni dans la gauche. Ils trouvent qu’il y a « trop d’immigrés » et pensent qu’il est devenu plus dur de réussir. Il y a globalement un virage identitaire avec un penchant toujours plus marqué pour les thèses europhobes et anti-immigrés.

Le « dégoût » pour la politique habiterait désormais 31 % des Français (23 % en décembre 2010). 36 % éprouvent de la « méfiance » et 1 % seulement «du respect».

Invitées à décrire leur état d’esprit, les 1.800 personnes interrogées parlent de « morosité » (34 %), de « lassitude » (31 %). D’ailleurs, 72 % estiment que les jeunes ont aujourd’hui moins de chances de réussir dans la société que leurs parents. Le désenchantement est criant à l’égard des responsables politiques. Pour 87 % des personnes interrogées, ils se préoccupent peu ou pas du tout de leur avis, une progression qui semble inexorable depuis quatre ans (on était à 81 % fin 2009). Seul le maire, dont la côte ne cesse de se redresser depuis 2010, inspire majoritairement confiance (61 %). L’institution présidentielle (31 %) et le gouvernement (25 %) continuent de voir la confiance en eux s’éroder. La côte de confiance des partis politiques (11 %), des médias (23 %) et des syndicats (28 %) étant au plus bas, rien de surprenant à ce que 69 % des sondés (15 points de plus qu’un an auparavant !) jugent que la démocratie française ne fonctionne pas bien. Ils ne sont plus que 35 % à penser que l’appartenance de la France à l’Union européenne est « une bonne chose ». Pour 32 %, c’est « une mauvaise chose » et pour 32 % encore, « une chose ni bonne ni mauvaise ».67 % pensent qu’il « y a trop d’immigrés en France », 18 points de plus qu’il y a quatre ans, tandis que 50 % (+ 18 points là aussi) affirment qu’il « faudrait rétablir la peine de mort ». Rien d’étonnant donc, à ce que le Front national représente l’opposition autant que l’UMP (36 % chacun).

La popularité de Marine Le Pen, cependant dans différentes enquêtes, connait une baisse. Les journalistes l’attribuent bien sûr à l’effet Dieudonné. Il faut peut-être chercher ailleurs. La volonté de dédiabolisation et d’intégration au système en le dénonçant partiellement de l’intérieur connait sans doute ses limites. Le rejet n’épargne plus un parti qui ne veut plus être transgressif et qui finalement paye sa normalisation, un effet Dieudonné peut être mais pas celui que l’on croit.

Avec cinq points en moins par rapport à décembre chez TNS Sofres (25%) et Opinion Way (27%) et quatre points en moins chez Ipsos (29%), la baisse de la présidente du FN dans les sondages de janvier est importante, même si l’institut CSA lui accorde un score stable. Tous les instituts de sondage donnent en décembre ou janvier Marine Le Pen en baisse par rapport à septembre ou octobre : moins huit points chez TNS Sofres, Opinion Way et Ipsos, moins six points chez l’Ifop, moins quatre points pour CSA. Marine Le Pen a préféré sur RTL évacuer le sujet: « Ce qui m’intéresse, c’est de regarder les sondages des municipales ».

Nous aussi.

Raoul Fougax

Source : Metamag.

Crédit image : SalFalko, via Flickr, (cc).