Les Grands Entretiens de Novopress - Bruno Favrit : le questionnaire de Proust (2/3)

Les Grands Entretiens de Novopress – Bruno Favrit : le questionnaire de Proust (2/3)

16/01/2013- 17h00
PARIS (NOVOpress) –
Homme des hautes cimes, qu’elles soient minérales ou intellectuelles, Bruno Favrit (photo) a construit patiemment une œuvre réellement originale. Brillant par ses nouvelles, qui concentrent un certain élixir de l’âme européenne, il s’est également distingué par ses essais sur le paganisme ou plus récemment par la publication de Midi à la Source 1980-2011. En 2002, il rend hommage à celui qu’il considère comme un grand éveilleur en signant une biographie de Friedrich Nietzsche dans la collection Qui suis-je ? des éditions Pardès. C’est à la rencontre de l’homme de montagne, de l’écologie radicale et des plus profondes racines, que nous sommes allés.


Le principal trait de votre caractère ?

Solitaire, curieux, immodéré.

La qualité que vous préférez chez un homme ?

Mettre ses actes en conformité avec ses paroles.

La qualité que vous préférez chez une femme ?

La féminité !

Qu’appréciez-vous le plus chez vos amis ?

Qu’ils m’aident à ne pas douter plus que je ne dois.

Votre principal défaut ?

La misanthropie. Mais je l’assume.

Votre occupation préférée ?

Je m’éparpille dans les occupations préférées. Et c’est très bien ainsi. Toutes sont nécessaires à mon équilibre. De l’écriture à la fréquentation de l’air pur.

Ce que vous voudriez être ?

Je m’efforce surtout de savoir ce que je ne voudrais pas être – en général ce que d’autres voudraient que je sois.

Où aimeriez-vous vivre ?

Je me transporte et m’efforce de vivre aussi souvent que possible là où je sens retentir l’écho des origines. Au cœur de la forêt, dans les immensités de la lande, sur une crête effilée. Donc pas vraiment au cœur des mégapoles…

Vos auteurs favoris en prose ?

La Rochefoucault, Voltaire, Chateaubriand, Mérimée, Knut Hamsun, D.-H. Lawrence, Henry de Montherlant, Jean Giono, Henry Miller.

Vos poètes préférés ?

Ovide, Pessoa, Baudelaire, Char.

Vos musiciens préférés ?

La liste est longue. Pour faire court : Bach, Arvo Pärt, Terje Rypdal, Magma, Art Zoyd, Univers Zéro, Karda Estra.

Trois personnages que vous admirez particulièrement ?

Si je dois absolument m’arrêter à trois : l’empereur Julien, Leni Riefenstahl, Reinhold Messner.

Trois noms qui vous sont chers ?

Liberté, volonté, légèreté.

Le fait militaire que vous estimez le plus ?

Je n’ai pas vraiment de goût pour la guerre. Tenochtitlàn et Rorke’s Drift me semblent être néanmoins des épisodes intéressants par le rôle que le destin et la pugnacité boréenne y ont joué. Dans un autre contexte, la bataille des Thermopyles est évidemment à considérer de près.

Le don de la nature que vous voudriez avoir ?

Cet instinct que la civilisation a émoussé chez l’homme.

Comment aimeriez-vous mourir ?

Loin des pleureurs et des pleureuses.

Votre état d’esprit actuel ?

Courroucé par le mauvais sort que les élites réservent au peuple et qu’elles nomment improprement (et impunément!) démocratie.

Votre devise ?

« Toute théorie est grise, vert est l’arbre étincelant de la vie. » (Goethe, Premier Faust)

Propos recueillis Par Pierre Saint-Servant

Crédit photo : Bruno Favrit