Irak-Syrie : le péril d’un grand état islamiste, l’inconséquence occidentale au pied du mur

Irak-Syrie : le péril d’un grand état islamiste, l’inconséquence occidentale au pied du mur

Des dizaines de jihadistes ont été tués ou capturés en Syrie par les rebelles qui ont décidé de combattre leurs anciens alliés en raison de leurs multiples abus, selon une ONG. Les jihadistes, dont de nombreux étrangers, avaient rejoint la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad lorsque la révolte, au départ pacifique, contre le pouvoir s’est militarisée. Signe des ramifications du conflit syrien dans les pays voisins, ce même groupe extrémiste sunnite a pris le contrôle de Fallouja, à 60 km de Bagdad, et a revendiqué un attentat suicide au Liban contre un bastion du Hezbollah, parti chiite qui combat aux côtés du régime syrien.

“L’état islamique” a été décrété à Falloujah, grande ville de 300 000 habitants, située à moins de 70 km à l’Ouest de Bagdad. EIIL a nommé un gouverneur pour la ville. L’Etat islamique en Syrie et au Levant (EIIL) est un agrégat de groupuscules liés à Al Qaïda-Irak, fort de plusieurs milliers d’hommes. Il compterait 12 000 combattants en Syrie, où le groupe est proche du Front Al-Nosra (drapeau en Une).

Il est très présent dans plusieurs villes syriennes, dont Alep et Idlib. Des combats entre l’EIIL et d’autres forces rebelles liées à l’ASL (Armée syrienne libre) ont fait ce vendredi au moins 16 morts et des dizaines de blessés. L’EIIL est notamment accusé d’avoir kidnappé, torturé et tué des membres de l’opposition à Assad moins portés sur le djihad, comme le docteur Hussein al-Suleiman.

Voila qui prouve que la guerre contre Saddam Hussein était une stupidité politique fondée de plus sur un mensonge criminel. Voila qui démontre de la même manière que l’aveuglement anti-Assad au nom de la démocratie double la stupidité irakienne d’une ineptie syrienne. L’occident atlantique a ouvert le chemin à l’établissement d’un califat islamiste regroupant Bagdad et Damas et soutenu par les wahhabites du golfe.

Irak-Syrie : le péril d’un grand état islamiste, l’inconséquence occidentale au pied du murEn Irak on abattu les sunnites laïcs pour imposer des Chiites et en Syrie on veut abattre des chiites laïcs pour le plus grand profit d’islamistes sunnites. Tout cela n’a aucune cohérence, ni aucun sens. Si ce n’est que l’idéologie démocratique mettant dans le même sac tous les régimes autoritaires fait le jeu de tous ceux qui les combattent .Cela conduit à un chaos régional en attendant peut être un nouvel ordre bien plus menaçant que l’ancien. Le processus a été entamé par les guerres contre l’Irak et il se poursuit en Syrie.

Alors que le pouvoir syrien résiste, celui mis en place par les américains à Bagdad perd pied. Ce sont maintenant deux régimes chiites qui sont menacés et, grâce à Washington, le salut de Bagdad et Damas passe de plus en plus par Téhéran et le Hezbollah.

Beau résultat.

Jean Bonnevey

Source : Metamag.